Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pyongyang pose ses conditions à un dialogue avec les Etats-Unis

La Corée du Sud considère ces conditions comme "regrettables" et "stéréotypées"




Pyongyang pose ses conditions à un dialogue avec les Etats-Unis
La Corée du Nord a présenté jeudi ses conditions à une reprise du dialogue avec les Etats-Unis et la Corée du Sud, ce qui dénote un net changement de ton après plusieurs semaines de déclarations guerrières.
Le Nord demande notamment aux Nations unies de lever les sanctions qui le visent et aux Etats-Unis de retirer les armes nucléaires qu'ils ont, selon lui, déployées dans la péninsule.
Cette initiative de Pyongyang est sans doute une concession à la Chine, qui a manifesté à plusieurs reprises dernièrement un malaise croissant face à l'escalade des tensions.
Pékin a répété jeudi, après les annonces nord-coréennes, que "le dialogue et la consultation" étaient le seul moyen d'apaiser la situation.
Les Etats-Unis ont proposé à Pyongyang des négociations, mais à la condition qu'elles débouchent sur le renoncement par la Corée du Nord à ses ambitions militaires nucléaires. Or, Pyongyang considère ses armes nucléaires comme sacrées et s'est juré de ne jamais y renoncer.
Malgré cela, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, qui a conclu cette semaine une tournée dans la région, a souligné tout l'intérêt que plaçait Washington dans une solution diplomatique et demandé à Pékin d'exercer son influence auprès de Pyongyang
Outre la levée des sanctions internationales, la Corée du Nord demande aux Etats-Unis de s'engager à ne pas menacer la Corée du Nord et à ne pas se livrer à des "pratiques de guerre nucléaire".
La commission de défense nord-coréenne appelle également à la fin des manœuvres militaires conjointes que les Etats-Unis et la Corée du Sud mènent depuis début mars, et qui doivent se terminer fin avril.
La Corée du Sud considère ces conditions comme "regrettables" et "stéréotypées", a déclaré un responsable gouvernemental à Séoul, cité par l'agence de presse Yonhap.
Pyongyang a procédé à la mi-février à son troisième essai nucléaire depuis 2006, qui a été suivi par l'adoption d'un nouveau train de sanctions au Conseil de sécurité de l'Onu.
La Chine, pourtant principal allié de Pyongyang, a voté ces sanctions qui ont débouché sur une spectaculaire intensification des menaces de la Corée du Nord envers le Sud et les Etats-Unis.

Reuters
Vendredi 19 Avril 2013

Lu 261 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs