Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Province de Sidi Bennour : Cinq enfants morts noyés




Province de Sidi Bennour : Cinq enfants morts noyés
Le lac collinaire situé entre douar Chemmamate et Oulad Massaoud relevant de la commune rurale M’tal, province de Sidi Bennour, a été le théâtre d’une tragédie. Les victimes de cette fatalité -une façon de parler également de toute une région et de sa population laissées à l’abandon- sont malheureusement ces cinq enfants que les éléments de la Protection civile ont difficilement repêchés et dont tout Sidi Bennour continue, encore sous le choc, à parler. Ce n’est pas facile à oublier d’autant qu’on ne cesse d’évoquer les victimes de l’eau, au niveau des canaux d’irrigation, ou à celui des barrages collinaires qui ont fait couler autant d’encre que de larmes. 
Comme le soleil tapait fort ces derniers jours et que l’eau n’est pas loin et donc à la portée de tous, les enfants ont été les premières victimes, laissant des parents traumatisés et ne sachant à quel saint se vouer. A qui incombe, alors,  la responsabilité ? Comment comprenons-nous cette indifférence dont les responsables font preuve? Ne devrait-on pas tirer les bonnes leçons des événements similaires ? Questions auxquelles doivent penser les responsables de tous bords. A moins d’afficher la volonté de laisser de telles questions sans réponse. Alors ayons pitié de ces gens : ils ont assez payé !
Youssef B. (10 ans) et sa sœur Nadia (12 ans), Ayoub B. (12 ans), Rachid B. (15 ans) et son frère Hicham (12 ans), ne constituent-ils pas un lourd tribut? Ces jolis prénoms, à eux seuls, illustrent à quel point les parents doivent être frappés de plein fouet. Seuls la patience et l’oubli parviendraient à faire sécher les larmes des parents. L’on doit aussi rassurer les autres dont l’inquiétude grandit en l’absence de mesures de sécurité surtout le long du grand canal, au bord des retenues d’eau à travers le territoire de la province de Sidi Bennour.
Voilà un problème sur lequel les autorités provinciales doivent se pencher de toute urgence. N’est-il pas temps de récupérer  la piscine de la ville et d’épargner des vies humaines à Sidi Bennour.

Abdelkrim MOUHOUB
Lundi 3 Mai 2010

Lu 669 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs