Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Province de Midelt : la santé malade à Gourrama.




Province de Midelt : la santé malade à Gourrama.
Qui, parmi les habitants de Gourrama, ne se souvient   pas de la photo d’«  lkhrabche » qui transportait à l’hopital, sa vieille maman, dans une brouette et qui a été publiée par «al ittihad Alichtiraki»  au début des années 80?
Après tant d’années, rien n’a changé. Les mêmes moyens de transport sont toujours utilisés par les malades des ksours de Gourrama, qui transporté à dos d’ane, qui par triporteur. Ils sont parqués comme des animaux devant le portail du Centre hospitalier, gémissant de douleurs et sans secours.
Le Centre de santé de Gourrama compte  10 infirmiers et un médecin. Mais dès que celui-ci atterrit dans la localité, il pense déjà à une mutation  ailleurs. De par l’indifference des responsables de santé , aucun calendrier de permanence n’est établi pour accueillir les malades qui se font nombreux à cause des malaises de la canicule, de la leshmaniose ou d’autres maladies et qui sont presque tous évacués sur l’Hopital Moulay Ali Chérif à Errachidia. Et là, c’est une autre histoire.
La sonnette d’alarme sur cette situation qui perdure a été tirée par le conseil communal lors de sa session du 20 juillet dernier et qui avait décidé d’entamer un sit-in devant cet établissement de santé pour mettre les services centraux et provinciaux de santé devant leurs responsabilités et partant trouver une solution urgente à une situtation qui ne cesse  d’empirer, étant donné l’absence récurrente du médecin et d’une permanence pour répondre aux besoins des malades.
Pourtant, on a entendu parler d’un coup de téléphone de Midelt. D’aucuns disent du gouverneur lui-même, d’autres avancent le nom du chef des affaires générales de la province. D’où la décision des conseillers de reporter leur sit-in, mais jusqu’à quand?
Triste et larmes aux yeux, Mohamed Agoujil, vice-président usfpéiste de la commune de Gourrama n’a pu nous donner sa version des faits. Il s’est accroupi, dos au mur et anxieux, à côté de cinq  personnes allongées à même le sol devant le Centre de santé de Gourrama. 

Aziz laafou
Samedi 7 Août 2010

Lu 1226 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs