Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Province d’Essaouira : Bataille autour d’une salle de classe à Timsourine




Province d’Essaouira : Bataille autour d’une salle de classe à Timsourine
Il a suffi d’une lettre ouverte de la  part du conseiller usfpéiste Amegroud à l’adresse du ministre de l’Education nationale pour que notre mémoire collective se souvienne de la région de Timsourine. Si autrefois elle avait vécu son épopée de résistance et de gloire, aujourd’hui elle est totalement enclavée, marginalisée et dépourvue d’infrastructures et services de base.
«Timsourine  a vécu ses années glorieuses de 1871 jusqu’à 1912. Malheureusement, elle a goûté  aux pires formes de marginalisation depuis cette date », nous a déclaré un citoyen de la région, non sans mettre à l’index  les différents intervenants.
Il faut reconnaître que Timsourine avait été au centre de la résistance contre les colonisateurs. Ses enfants se sont farouchement opposés aux forces colonialistes durant plusieurs dizaines d’années avant de subir les pires formes d’exploitation et d’exclusion par la suite.
Ladite lettre ouverte qui interpelle les responsables à plusieurs niveaux quant aux conditions précaires de Timsourine et Imintlit en général, reflète les attentes et les frustrations de la population locale qui attend toujours la construction d’une classe digne de ce nom. La lettre établit un constat pédagogique et didactique insoutenable, puisque les enfants du douar continuent depuis la saison 2003/2004 leur scolarisation dans une salle bâtie  sur un petit terrain amputé de la superficie de la mosquée. La lettre impute la responsabilité de ce retard aux manœuvres d’un habitant qui prétend être propriétaire du terrain proposé aux services de la délégation du MEN à Essaouira. De ce fait, la démarche de construction de la classe fut bloquée sans aucune suite.
A ce sujet, un habitant vient de prendre une nouvelle initiative en cédant son terrain au profit du projet de classe avec l’espoir de contraindre les services compétents à tenir leur promesse.
La lettre dresse un constat pédagogique alarmant faisant les frais de l’enclavement : région dépourvue de routes et d’accès, classes non alimentées d’eau et d’électricité, dégradation des salles y compris celles fraichement construites comme c’est le cas pour le satellite de Sidi Othmane, entre autres.
Contactés par Libé, les responsables de la délégation du ministère de l’Education nationale à Essaouira, ont confirmé la situation du blocage à cause du litige autour du terrain alloué au projet de construction de la classe. Toutefois, ils ont assuré qu’ils donneront suite à la nouvelle proposition dès la rentrée scolaire.

Abdelali khallad
Jeudi 25 Août 2011

Lu 522 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs