Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Protestation officielle du Maroc contre le rapport du département d'Etat sur les droits de l'Homme

L'ambassadeur des Etats-Unis à Rabat convoqué au MAEC




Les autorités marocaines ont convoqué l'ambassadeur des Etats-Unis à Rabat afin de protester contre le rapport annuel du département d'Etat sur les droits de l'Homme dans le Royaume, a fait savoir mercredi le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération.
Le gouvernement marocain a jugé ce rapport «scandaleux», estimant qu'il comportait des «inventions et des mensonges» sur la situation des droits de l'Homme au Maroc.
Il est rare que les relations entre Etats-Unis et le Maroc connaissent de tels accrocs. L'ambassade des Etats-Unis a déclaré dans un communiqué adressé à Reuters que malgré les critiques visant le rapport, Washington aspirait à «la poursuite d'une étroite coopération avec le ministère marocain de l'Intérieur sur nos intérêts communs en matière de sécurité et des droits de l'Homme».
Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération a dit, via une déclaration de son porte-parole, rejeter la raison invoquée par le département d'Etat pour l'arrestation de trois activistes, et parle de «manipulation et d'erreurs factuelles» dans le rapport.
Voici, par ailleurs le texte intégral de cette déclaration :

« A la suite de la réaction du porte-parole du département d’Etat, rejetant en bloc les affirmations du gouvernement marocain au sujet du contenu mensonger du rapport sur les droits de l’Homme, l’ambassadeur des Etats-Unis à Rabat, Dwight Bush, a été convoqué par le ministre délégué aux Affaires étrangères, Nasser Bourita, en présence de Mohamed Yassine Mansouri, directeur général des études et de la documentation.
Lors de cet entretien, il a été exposé à l’ambassadeur américain trois cas confirmant la  manipulation avérée et les erreurs factuelles flagrantes qui entachent le rapport du département d’Etat :

 Cas 1 : « Ouafae Charaf «
Le rapport du département d’Etat prétend que Ouafae Charaf a été condamnée à deux ans de prison, pour avoir fait de « fausses allégations de torture « et » signalé des crimes dont elle connaissait l’inexistence ». Or, l’enquête judiciaire diligentée et les écoutes légales conduites par le Parquet dans ce cadre, ont permis de confirmer, de manière catégorique, que l’intéressée a sciemment inventé le scénario de son présumé enlèvement, et incité les membres de sa propre famille à faire des déclarations mensongères pour corroborer sa thèse. C’est le motif pour lequel elle a été condamnée, selon les dispositions de la loi marocaine en vigueur, pour «dénonciation calomnieuse», «présentation de fausses preuves concernant un crime imaginaire» et «outrage à la police judiciaire et un fonctionnaire lors de l’exercice de ses fonctions».

Cas 2 : «Oussama Housn»
Le rapport du département d’Etat prétend que Oussama Housn a été condamné à une peine de trois ans d’emprisonnement, pour avoir fait de « fausses allégations de tortur» et «signalé des crimes dont il savait l’inexistence». Or. l’enquête judiciaire a établi, de manière catégorique, le caractère affabulateur et mensonger des allégations de l’intéressé, puisque son amie a démenti ses affirmations et déclaré qu’il était en sa compagnie au moment même où il prétend avoir fait l’objet d’enlèvement. Des enregistrements vidéo disponibles confirment ces faits.

Cas 3 : « Hamid Mahdaoui «
Selon le rapport du département d’Etat américain, «le 29 juin, un tribunal de Casablanca a condamné Hamid El Mahdaoui, rédacteur en chef du site web d’informations Badil, à une peine de quatre mois de prison avec sursis, pour diffamation du chef de la direction générale de la Sûreté nationale, Abdellatif Hammouchi ». Or, les faits rapportés par le rapport n’ont fait l’objet d’aucune vérification, démontrant ainsi la négligence, voire la mauvaise foi des rédacteurs. Car,  M. Hammouchi n’était pas encore en charge de la DGSN au moment des faits allégués contre lui. En fait, la DGSN, dont le directeur général de l’époque était Bouchaib Rmil, avait déposé, le 5 juin 2014, une plainte à l’encontre de M. Mehdaoui, pour «outrage à travers la déclaration d’un crime dont il connait l’inexistence», «outrage à corps organisé» et «dénonciation calomnieuse».
Le gouvernement marocain pense et espère que ces cas concrets ne pourraient être niés par le département d’Etat. Le Maroc, sûr de ses affirmations, détient d’autres preuves sur d’autres cas et dont il est prêt à démontrer le caractère fallacieux.
Le Maroc est un Etat d’institutions. Il dispose de structures nationales dont la crédibilité et le sérieux sont largement reconnus. Il s’agit d’institutions de promotion et de protection des droits de l’Homme (CNDH, DIDH, le Médiateur…), de régulation et de gouvernance (HACA, Conseil de la concurrence, l'instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption, IRCAM…). Ces institutions, jalouses de leurs attributions, sont les premières concernées par l’évolution de la situation des droits de l’Homme dans le Royaume.
Des allégations graves, comme celles contenues dans le rapport du département d’Etat, donnent l’impression que ces institutions ne remplissent pas leurs tâches. Elles constituent même une insulte à leur engagement actif et au dévouement de leurs membres.
La réaction du porte-parole américain confirme le doute du Maroc quant à la  sincérité du département d’Etat et sa disposition à collaborer « avec le gouvernement marocain afin que la vérité que nous demandons avec insistance soit restaurée, et que les manipulations et le mensonge soient dénoncés «, comme demandé par le communiqué du ministère de l’Intérieur publié hier.
De même, l’acharnement des rédacteurs du rapport, quitte à dénaturer les faits, pousse le gouvernement du Royaume du Maroc à s’interroger sur les véritables visées et motivations de cet exercice.
Confiant en lui-même, le Maroc affirme et confirme le caractère décalé de ce rapport avec la réalité. Le Maroc est prêt à aller jusqu’au bout pour confronter, y compris devant les instances américaines appropriées, les données et pour passer en revue chaque cas évoqué dans le rapport ».

Vendredi 20 Mai 2016

Lu 958 fois


1.Posté par Hamid le 20/05/2016 15:41
Il semble qu'une partie de l'administration américaine hostile à la marocanité du sahara pour des raisons géostratégiques ait décidé de reprendre à son compte la carte des droits de l'homme pour discréditer le Maroc sur la scène internationnale. En effet, le timing n'est certainement pas du au hasard; Un rapport truqué de l'admnistration américaine juste après celui de Ban kin moon largement partial et pro polissario. Lequel Ban kin moon vient de prouver une foix de plus sa partialité dans cette affaire en envoyant une lettre au chef du Polissario dans laquelle il lui affiche ouvertement son soutien. Il passe sous silence le fait que c'est bien le polissario et l'Algérie qui sont résponsables des conditions de vie déplorables des séquestrés de Tindouf et non le Maroc.D'autant plus que ce même polissario fait commerce de la misère en volant la nourrture envoyée par l'UE aux réfugiés pour s'enrichir et en la revendant sur des marchés de la région y compris en Algérie.Soutenir un dictateur au pouvoir depuis 40 ans et qui a reçu le soutien militaire de Kadhafi. Quel virage à 180 degrès! Rappelons que le Polissario est soutenu par le Venezuela qui connait une grave crise et ou la population manque de tout malgré d'immenses réserves de pétrole. Ca ne vous rappel pas le cas d'un pays proche? Vivment que cette administration hostile au Maroc soit remplacée après les élèctions américaines.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs