Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Proposant un plateau très relevé : Le Printemps des Alizés au mois d'avril à Essaouira




Proposant un plateau très relevé : Le Printemps des Alizés au mois d'avril à Essaouira
Le Festival des Alizés qu'abrite  Essaouira, aura lieu cette année du 26 au 29 avril et connaîtra une participation très relevée d'artistes marocains et étrangers. En effet, aux côtés des artistes confirmés, et des grands orchestres qui seront présents, le Printemps des Alizés donne également l'occasion aux jeunes, marocains et étrangers, de se produire et de se faire connaître du public.
Du côté du public et pour combattre l'idée selon laquelle ce festival est élitiste, les organisateurs ont opté depuis quelques années pour la gratuité de façon à permettre à toutes les couches sociales d'en profiter. Cette démocratisation de l’événement commence à drainer un grand nombre de spectateurs dont beaucoup viennent de pays étrangers.   Avec un budget de 1 million de DH, cette manifestation artistique fait d'Essaouira la capitale de la musique de chambre au Maroc. C'est pour cela que les organisateurs tentent de trouver d'autres sources de financement.  D'autre part, le Printemps des Alizés bannit les frontières artistiques et ce, pour permettre au public de découvrir différents styles de musiques de chambre. Parmi les musiciens qui seront de la fête, figurent le célèbre soliste David Grimal, le pianiste français Pascal Amonyel et le talentueux Georges Dermacher. Cette brochette d'artiste virtuoses est à même de donner à l'ex-Mogador un esprit zen le temps du festival à permettre au public de rencontrer les grands musiciens. Il faut dire que la directrice du festival est elle aussi musicienne, d'où la qualité des invités.
En effet, Dina Bensaid est connue dans les cercles de la musique classique en tant que pianiste  talentueuse.  Au fil des éditions, le Printemps des Alizés a gagné en notoriété. Lentement mais sûrement, cet événement a réussi à se positionner parmi les festivals de qualité à l’échelon international. A Fès, on se délecte de musique spirituelle et à Essaouira, on rencontre la musique de chambre qui est elle aussi spirituelle en quelque sorte. L’accès gratuit  a fait que ce festival est devenu populaire et non élitiste comme on le pensait. Le mérite revient aux bonnes volontés et aux responsables de la ville et à l'Association d'Essaouira-Mogador qui a réussi, grâce à ce genre d'événement, à donner à la ville un rayonnement international. 

Par Abdessalam Khatib
Samedi 24 Mars 2012

Lu 388 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs