Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Projet intégré de la gestion locale




Projet intégré de la gestion locale
Les candidats de l’Union socialiste des forces populaires présentent un projet intégral pour le développement économique et la promotion sociale. Un projet constitué de programmes susceptibles d’être appliqués au cours du mandat et fondés sur un diagnostic minutieux des problèmes dont souffrent les citoyens dans leur vie quotidienne. Des programmes basés également sur la détermination des compétences de développement disponibles et les besoins de première urgence. Les candidats de l’USFP considèrent ce projet comme un contrat avec les citoyens, à partir duquel ils sont tenus de rendre des comptes dans le cadre d’outils de communication et de concertation qui seront mis en place.
Notre parti s’engage à ce que les communales soient une occasion pour combattre la fraude électorale, à travers toutes les initiatives politique, juridique et médiatique en vue de protéger les institutions élues des fraudeurs et des lobbies des intérêts et de l’achat des voix et des consciences. L’USFP aspire à combattre le gaspillage et l’enrichissement illégal via  l’appropriation des biens publics, et ce à travers l’élection de conseils gérés par un groupe homogène, fort d’un projet intégré de développement local. Un groupe en contact permanent avec les citoyens, qui pratique la politique de proximité en vue de traduire les projets que nous défendons en initiatives concrètes en faveur des citoyens. Les collectivités locales doivent être perçues comme des collectivités citoyennes, à l’écoute des besoins et des aspirations des citoyens, conscientes des contraintes au niveau national et international, assimilant les rôles qu’elles doivent jouer quant à la promotion de l’investissement, la création des richesses et la contribution à la résolution des problèmes de chômage, de pauvreté et d’exclusion.
Ce projet repose sur quatre axes prioritaires dans l’action communale :
1- avoir des communes locales pour une vie digne
- faire de la planification urbaine un outil de promotion de l’investissement, au service du citoyen. Une planification qui mettra un terme à la construction anarchique, tout en élaborant des programmes d’urbanisme qui tiennent compte  de l’équité et de l’équilibre entre les différents quartiers et couches sociales ;
- améliorer l’environnement du quotidien des citoyens au sein des quartiers périphériques des villes, des cités anciennes et des communes rurales. Autrement dit, dans les espaces territoriaux qui souffrent de l’exclusion et de la marginalisation dans le cadre d’une gestion locale équitable et équilibrée ;
- mettre un terme aux disparités quant à l’accès à l’eau potable, l’électricité, l’assainissement, la collecte des ordures, la voierie, le transport urbain, la sécurité, les espaces verts, culturels et sportifs ;
- mettre fin à la détérioration des terres agricoles, rationaliser l’usage de l’eau et l’exploitation abusive de la forêt et lutter contre les dysfonctionnements au niveau de l’environnement.       
-la participation dans les programmes de lutte contre la pauvreté, l’exclusion et la précarité, que ce soit dans le cadre du budget communal, de l’INDH ou des initiatives indépendantes des organisations de la société civile et des différents acteurs ;
-la dynamisation du principe de l’équité entre les citoyens via la participation aux initiatives qui visent la généralisation de l’enseignement, la lutte contre la déperdition scolaire et l’analphabétisme, l’appui au transport scolaire dans le monde rural, l’encouragement de la création des cantines scolaires et Dar Talib, les crèches communales, la facilitation de l’organisation des caravanes médicales et les campagnes de prévention contre les maladies contagieuses ;
-la création d’un climat incitatif pour le développement économique et social, et ce à travers des procédures simples, la mise à niveau des espaces de production, la motivation pour créer des postes d’emploi et l’appui des activités rentables ;
-l’encouragement des petites et moyennes entreprises tout en accordant un intérêt particulier à l’emploi en partenariat avec tous les acteurs concernés, l’unification de tous les efforts des producteurs, les professionnels dans des coopératives et associations de développement ;
- la recherche de nouvelles opportunités économiques au sein de l’espace territorial des communes rurales, à travers la modernisation et la diversification de l’activité agricole et des partenariats intégrés dans le cadre d’un programme régional et national de développement rural ;
2-l’intégration des femmes et des jeunes dans la politique des conseils communaux ;
-l’ouverture sur les jeunes à travers la mise à  leur disposition des infrastructures et des espaces culturels, sportifs et de loisirs, et ce pour  les préserver de la déviance et les préparer  à assumer leur responsabilité
-l’insertion des jeunes chômeurs dans les programmes de qualification éducative, culturelle et sportive ; 
-l’intégration de la femme à travers sa participation et ses activités au niveau des entreprises et de la formation professionnelle ;
-le développement sportif et culturel dans l’action communale ;
-le soutien des activités encadrées par des associations sérieuses et la rationalisation des ressources qui leur sont consacrées ;
3- prendre soin des personnes handicapées :
-soutenir toutes les initiatives qui visent les personnes handicapées, malades et âgées ;
- leur consacrer des programmes culturels et de loisirs dans les activités des conseils communaux ;
-créer des établissements spécialisés tout en garantissant un encadrement médical adéquat ;
-accorder la priorité au soutien de leurs familles dans le besoin, et ce en leur consacrant des dotations dans le cadre du budget général.
4- réviser l’organisation et le travail des conseils en vue de garantir un bon fonctionnement et une transparence ;
- mettre  en adéquation sans faille les outils et le rythme de l’action des conseils locaux avec les besoins et les attentes des citoyens ;
- faire le bon usage des ressources financières, et assurer le redéploiement des ressources humaines selon le principe de consensus entre les compétences et les moyens administratifs ;
- veiller  sur le développement des moyens propres des communes et l’efficacité des moyens pour les recouvrer ;
-œuvrer pour garantir une participation de toutes les composantes politiques quant aux choix au sein de l’institution communale et éviter qu’une minorité monopolise la prise de décision, et ce à travers la mise en application de l’action des commissions stipulées par la loi ou créées pour certaines missions ;
-établir des mécanismes de concertation et évaluer le travail des conseils par les citoyens, à travers l’ouverture sur les associations de la société civile, la création de commissions citoyennes pour les quartiers et la mobilisation et l’encouragement des médias dans ce sens ;
-soumettre l’action communale à l’audit interne une fois par an dans le cadre du compte administratif et à l’audit externe une fois tous les trois ans, à travers la dynamisation des conseils des comptes ;
-mettre en œuvre et dynamiser le rôle de l’élu en orientant son action vers l’établissement de stratégies, l’élaboration de projets, le contrôle des réalisations et l’exécution confiée aux cadres spécialisés ;
-Etablir des mécanismes pour lutter contre la corruption et la fraude (création d’une ligne téléphonique verte et d’un service de plaintes) et œuvrer pour leur garantir une bonne marche de façon continue ;
-Rendre compte aux citoyens tous les trois ans, à travers la présentation d’un bilan d’action.

L
Mercredi 3 Juin 2009

Lu 624 fois

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs