Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Projet de fusion entre Matel PC Market et Distrisoft : Prendre du muscle et devenir champion




Ce n’est pas encore officiel, mais tout le monde est au courant du projet de fusion annoncé, ici et là, par les deux distributeurs de matériels informatiques : Matel PC Market et Distrisoft. Deux sociétés cotées à la Bourse de Casablanca depuis trois ans déjà.  Pour l’heure, il s’agit juste d’une déclaration d’intention. Le projet de fusion, proprement dit, n’a pas encore pris la voie appropriée (préparation de la note d’information, visa du CDVM et autorisation du ministère des Finances).
On se méfie un peu. Le «canular» du rapprochement HPS-M2M est un souvenir de mauvais goût. Encore que dans le nouveau projet, on ne sait pas encore qui va «croquer» qui, comment et dans quelles conditions. Pour l’heure, la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre, après sa publication sur le site web de BMCE Capital Bourse. Le seul intérêt de la banque d’affaires du Groupe FinanceCom est de recommander l’achat du titre Matel PC Market. Une recommandation guère innocente lorsqu’on sait que l’assureur RMA-Watanya contrôle pas moins de 10% du capital du premier distributeur de matériels informatiques au Maroc.  De là à imaginer qu’il y a « anguille sous roche », il n’y a qu’un pas, vite franchi.
La nouvelle prend plus de consistance, au moment même où, pour la deuxième semaine consécutive, le marché boursier casablancais se passionne pour les valeurs liées aux NTIC qui -en dehors des minières  qui gambadent et drainent l’essentiel du commerce boursier-, alignent les meilleures performances de la Place, à quelques rares exceptions.  Un peu surprenant, surtout que la semaine écoulée, la Bourse a fait un passage à vide, abandonnant près de 2 milliards de DH au titre de la capitalisation. Le principal baromètre de la Place, Masi, devait céder 0,39%, terminant à 11.053 points avec une performance annuelle de 5,84%.
Dans ce contexte de croissance incertaine, il y a au moins un secteur qui semble promis à un bel avenir : celui du commerce de matériel informatique. Ce réveil est à mettre au crédit du Plan Emergence qui balise le terrain et donne plus de visibilité aux opérateurs et aux investisseurs. Reste à comprendre le syndrome Microdata, une valeur pourrie du secteur, après la grave crevaison subie il y a deux ans déjà et qui, depuis, roule pratiquement sur les jantes.
Il faut juste rappeler que le Titre Matel PC Market, a réussi des bonds successifs, ces deux dernières semaines,  enregistrant une performance de plus de 12%, à 478 DH contre 425 DH auparavant. Les spécialistes de BMCE Capital visent un cours cible de 578 DH, compte tenu du « upside» ou du potentiel de croissance de la société. Distrisoft, pour sa part, a réalisé un rebond exceptionnel, engrangeant 14,75% en deux semaines, passant de 608 à 701 DH, vendredi dernier.
Pour la petite histoire, Matel PC Market a été introduite en Bourse, en mars 2007, par cession de 23.459 actions et par augmentation de capital en numéraire de 135.135 actions à prix ferme de 370 DH l’action. Une opération de quelque 138,5 millions de DH, diligentée par la société de Bourse Upline. Auparavant, la société a vu le jour après la fusion entre Matel (Casablanca) et PC Market (Rabat), tous deux respectivement n°1 et n°2 sur le marché de la distribution du matériel et produits informatiques.
Déjà, dans le temps, Matel anticipait les évolutions du secteur et cherchait à grandir pour avoir la taille critique.  Depuis, la société tente de se positionner au niveau régional en Afrique dès lors que la taille critique minimale exigée par les constructeurs partenaires est comprise entre 50 et 100 millions de dollars pour le chiffre d’affaires annuel. Distrisoft, pour sa part, a fait son entrée en Bourse, en septembre 2006, via une cession de 76.387 actions et une augmentation de capital par émission de 33.613 actions, au prix unitaire de 595 DH par action pour une valeur nominale de 100 DH. A nouveau, le rapprochement Matel PC Market et Distrisoft devrait se concrétiser, selon BMCE Capital, à travers «une augmentation de capital de Matel PC Market réservée aux actionnaires de Distrisoft. La nouvelle entité, une fois concrétisée, représentera une part de marché de 30 % du secteur des TIC (hors télécoms». Jusque-là rien de vraiment méchant. Et s’il s’agit, en revanche, d’une fusion-absorption? Quel sort alors réserve-t-on à Distrisoft? Faudrait-il s’en préoccuper? Franchement, avec le mouvement de radiation qui affecte la Bourse de Casablanca, le petit porteur -qui a sans doute servi de farce- n’a de choix que de se soumettre à la volonté des fonds d’investissement : rendre le papier et débarrasser le plancher. La Bourse ? Une bouffonnerie, pour la «vox populi» 

Abdelouahed Kidiss
Mardi 23 Février 2010

Lu 666 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs