Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Projection du documentaire “Le voyage de Khadija’’ au Festival méditerranéen du cinéma et de l’immigration




Projection du documentaire “Le voyage de Khadija’’ au Festival méditerranéen du cinéma et de l’immigration
Les cinéphiles de la ville d’Oujda étaient au rendez-vous, mercredi soir dans le cadre des activités de la 6ème édition du Festival méditerranéen du cinéma et de l’immigration (26-30 septembre), avec la projection du film documentaire ‘’Le voyage de Khadija’’, inspiré d’une histoire vraie et où se mêlent retrouvailles, spontanéité et émotions.
Le film, de son réalisateur marocain Tarik El Idrissi, relate le voyage de Khadija, une jeune femme née à Amsterdam de parents marocains, et qui n’est pas retournée depuis 20 ans à son village situé dans la province de Nador alors qu’elle avait l'habitude de s'y rendre chaque été avec sa famille. Après cette longue absence et la mort de son père, elle décide de revenir au Maroc pour se réconcilier avec son passé et ses origines, mais surtout pour en savoir plus sur son idole, sa grand-mère, mama Allal, une femme forte et courageuse.
Dans ce film (71 min) qui traitre de l’identité, de l’immigration et de la condition de la femme et son apport au développement, des scènes réelles et des rencontres, par simple coïncidence, de l’héroïne Khadija El Mourabit avec des membres de sa famille se succèdent donnant lieu à des moment intenses de joie, d’émotions et de discussions. ‘’Il y a des séquences dans ce film qui n’étaient pas préparées ou prévues à l’avance’’, a affimé El Mourabit dans une déclaration à la Map, mettant l’accent sur l’importance et l’effet de la spontanéité dans le film documentaire.
Tout en long de ses rencontres au village, Khadija, chauffeur de métro à Amsterdam, tenait surtout à savoir beaucoup plus sur son idole, mama Allal, qui était réputée pour être une femme courageuse, redoutée par les hommes du village.
Mais l’héroïne qui ne cache pas son grand amour pour son pays d’origine malgré l’éloignement, profitait de ses discussions avec les femmes et les hommes du village pour évoquer les différences culturelles et la condition de la femme et son émancipation. Le scénario de ce film qui a remporté le prix du montage lors de la 8ème édition du Festival national du film de Tanger est l’œuvre de l’écrivain marocain établi en Hollande, Abdekader Benali.

Samedi 30 Septembre 2017

Lu 268 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs