Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Projection à Copenhague du film marocain “A Mile in my shoes”




Le film marocain "A Mile in my shoes" du réalisateur Said Khallaf a été projeté, jeudi soir à Copenhague, à l'Institut français du Danemark, dans le cadre du Festival du film francophone.
La projection de ce film (1h50), initialement prévue en mars dernier avant d’être reportée au 6 avril, a été agrémentée d’une petite réception offerte par l’ambassade du Maroc à Copenhague dans la pure tradition marocaine.
L’assistance a eu ainsi droit à un florilège de pâtisseries et pastillas, cornes de gazelle, chebbakia, fekkas et autres briouates où le goût du salé ravit la vedette au sucré selon un fin équilibre, dont seule la cuisine marocaine ancestrale en a les secrets, le tout servi avec du thé à la menthe préparé sur place dans des théières argentées et ciselées.
Il s’en est fallu de cette petite entrée culinaire pour transporter l’assistance à travers une profusion d’odeurs, de couleurs et de senteurs, comme pour la préparer aux paysages et à la réalité d’un Maroc en mouvement tel que dépeint par le film de Said Khallaf, un drame social qui tente de démonter la structure psychologique des enfants de la rue, leurs souffrances et leur marginalisation dans la société.
Adossé à une trame narrative solide, savamment nourrie de flash-backs et d’introspections, ce long métrage a réussi à émerveiller l’assistance, quoique le sous-titrage en anglais ne puisse jamais rendre compte de toute la charge de violence et de cruauté de la darija marocaine dans ce drame, qui raconte l’histoire de Said, un enfant ayant toujours vécu dans la misère et la souffrance avant de décider de se venger d’une société qui l’écrase.
Salué par la critique comme par le public, "A Mile in my shoes" évoque, selon son réalisateur, "des problèmes sociaux qui, évidemment, ne sont pas propres à notre société : enfants de la rue, viol, exploitation éhontée, violence contre les femmes, autorité parentale outrancière".
Le film, dont les personnages principaux sont magistralement campés par Amine Ennaji et Noufissa Benchehida, a déjà remporté plus d’une vingtaine de prix, dont la Palme d'or du meilleur long métrage du Festival du film arabe et européen de Louxor, le Grand prix du FNF, le Grand prix du Festival du cinéma de Saïdia, ou encore le prix du meilleur film étranger au Festival de cinéma de Los Angeles.
Ce long métrage a également remporté l’Etalon de bronze, lors de la 25ème édition du Festival panafricain de cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO-2017), outre une Mention spéciale et le prix de la critique africaine.

Samedi 8 Avril 2017

Lu 588 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs