Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Progression de 3,7% de l’agrégat M3 de la masse monétaire

Repli des actifs du secteur public




Progression de 3,7% de l’agrégat  M3 de la masse monétaire
L’agrégat M3 de la masse monétaire a enregistré, en glissement annuel, une progression de 3,7% en janvier 2014, contre 2,8% en décembre 2013, suite notamment à une décélération de 3,5% à 3,3% du rythme d’accroissement du crédit bancaire, indique Bank Al-Maghrib (BAM).
Cette évolution est attribuable également à un ralentissement de 18,8% à 10,6% du rythme d’augmentation des créances nettes sur l’Administration centrale et à une amélioration de 3,8% à 4,4% de celui des réserves internationales nettes, explique BAM dans une note relative aux indicateurs clés des statistiques monétaires pour le mois de janvier.
Le ralentissement du crédit bancaire s’explique principalement par une légère atténuation de la baisse des prêts de trésorerie à 4,9% après 6% et une accélération du rythme de progression des crédits immobiliers de 4,7% à 5,1 %.
Par composante, l’amélioration du rythme de progression de M3 s’explique d’une part, par l’accélération de 3,2% à 4,3% des dépôts à vue auprès des banques en janvier 2014 et d’autre part, par la décélération de 4,5% à 1% des dépôts à terme. 
En revanche, la circulation fiduciaire et les placements à vue ont maintenu leur rythme de progression enregistré avec des taux respectifs de 4,8% et de 8,3% le mois précédent.
Par secteur institutionnel, les actifs monétaires détenus par les ménages ont progressé de 5,5% après 5,4% en décembre 2013, tandis que ceux des sociétés non financières privées ont accusé une décélération de 7,9% à 3,3 %. 
Quant aux actifs du secteur public, ils ont enregistré un repli de 19,2% après une baisse de 21,9% en décembre 2013.  
En glissement mensuel, l’agrégat M3 s’est inscrit en baisse de 2,1% en janvier 2014, pour s’établir à 998,8 milliards de dirhams (MMDH), sous l’effet du repli de 2,5% du crédit bancaire. 
En revanche, les créances nettes sur l’Administration centrale ont progressé de 1,6% et les réserves internationales nettes se sont stabilisées à leur niveau du mois précédent.
La baisse mensuelle du crédit bancaire est attribuable essentiellement à la diminution de 11,7% des prêts financiers après une hausse de 20,8% le mois précédent, ainsi qu’à la contraction de 2,9% des prêts de trésorerie après une progression de 0,4 %. 
Quant aux crédits à l’équipement et ceux relatifs à la promotion immobilière, ils ont marqué une baisse de 1 %.
Par composante, le recul de M3 en janvier 2014 s’est reflété tant au niveau des dépôts à vue et des comptes à terme auprès des banques, qui ont accusé respectivement des replis de 1,7% et de 5,3 %, qu’au niveau des détentions en titres d’OPVM monétaires qui se sont contractés de 11,5%.
Par contre, les comptes d’épargne ont enregistré une hausse de 0,9 %.

Lundi 3 Mars 2014

Lu 397 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs