Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Programmation éclectique pour le 14ème Festival international cinéma et migrations d'Agadir




Programmation éclectique pour le 14ème Festival international cinéma et migrations d'Agadir
Le Festival international Cinéma et migrations d'Agadir qui se tient, du 14 au 18 novembre courant, vient de dévoiler une programmation riche et éclectique pour sa 14ème édition. Organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, par l'Association "L'Initiative culturelle" en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME), cette manifestation artistique et culturelle met en lumière de nombreux Marocains du monde qui brillent dans le monde du 7ème art et de la culture, fait découvrir au public le cinéma camerounais, pays invité d'honneur cette année, de même qu'elle célèbre un cinéma international créatif et novateur en invitant de jeunes réalisateurs et comédiens à venir présenter leurs films et courts métrages. Outre un débat sur "Marocains du monde et production cinématographique" qui se focalisera sur ces compétences marocaines qui investissement le cinéma grand public en tant qu'acteurs, mais aussi dans divers autres métiers de cette industrie, le festival rendra hommage à certains de ces noms, dont Adel Boudellah, directeur et producteur d'origine marocaine vivant aux Pays-Bas, qui a développé et produit plusieurs longs métrages et séries télévisés, et travaille actuellement sur de nouveaux films qu’il envisage de tourner au Maroc, ainsi qu'à l'actrice franco-marocaine Sofia Manoucha, qui s'est distinguée dans «Le noir (te) vous va si bien » de Jacques Bral, pour lequel elle a été pré-nominée dans la catégorie espoir féminin des Césars 2013 et des Prix Lumière.
Ces compétences sont également mises en lumière en tant que membres du jury du festival, à l'image de l'actrice, réalisatrice et scénariste Souad Amidou, le réalisateur et producteur Brahim Chkiri ou encore la comédienne Saida Jawad.
Au cinéma Rialto de la ville, rénové grâce à l'appui des autorités locales, pour rouvrir ses portes le temps du festival, le public aura l'occasion de suivre une série de longs et courts métrages dans le cadre de la compétition officielle, dont la plupart traitent des enjeux de l'immigration, et ce en présence de leurs réalisateurs, producteurs ou acteurs.
A l'affiche de la catégorie des longs métrages figurent "Immigration Game" du réalisateur allemand Krystof Zlatnik, "Fuocoammare, par-delà Lampedusa", réalisé par l'Italien Gianfranco Rosi, "Comment j'ai rencontré mon père" du Français Maxime Motte, "Haya" du Marocain Raouf Sebbahi, "L'autre rive" de l'Egyptien Ali Idriss, "Zeus" du Portugais Paulo Filipe Monteiro, "La main de Fadma" du Marocain Ahmed El Maanouni, et "Chouf" du Franco-tunisien Karim Dridi.
Dans la sélection des courts métrages, les œuvres en lice sont : "Ailleurs" d'Othman Naciri, "D'un mur à l'autre" de Rachida Chbani, "Etat d'alerte sa mère" du Belge Sébastien Petretti, "Assia" de la Franco-marocaine Malika Zairi, "Entre deux eaux" du Français Patrice Cordonnier", "Soury" du Français Christophe Switzer", "Leo" du Britannique Julian Alexander, "Le repas" de la Belge Annick Christiaens, "Seth" du Franco-marocain Hafid Stitou, "Né sous une autre étoile" du Français Malik Rezzik, "Maman (s)" de la Sénégalaise Maïmouna Doucouré, "Non" de Dimna Bounaylat, "100 Dh" de Siham El Alaoui, "Elle et Il!" du Franco-marocain Mohamed Ouachen et "Le journal de Domino" du Maroco-néerlandais Hakim Traidia. Cette 14ème édition met, par ailleurs, à l'honneur le Cameroun avec la présence attendue de réalisateurs, comédiens, et journalistes, ainsi que la projection d'un long métrage intitulé: "Point de vie" du réalisateur Achille Briche.
Après la Côte d'Ivoire en 2016, le festival entend à nouveau braquer les projecteurs sur le 7ème art et les artistes d'un pays d'Afrique subsaharienne dans une volonté, selon les organisateurs, de contribuer à valoriser le cinéma du continent et le rapprocher du grand public marocain.
Dans ce sens, le réalisateur burkinabé, Idrissa Ouedraogo, primé à Cannes et lauréat du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), animera un Master class à la Faculté des lettres et des sciences humaines d'Agadir, une occasion de partager avec les étudiants sa longue expérience et apporter une contribution à la formation pour la maîtrise de l’outil cinématographique.
Le festival propose un autre Master class animé par le producteur et réalisateur Driss Mrini, ainsi que des ateliers sur diverses thématiques portant sur: "Le langage écrit et le langage numérique" assuré par l'acteur et scénariste français d'origine algérienne Mess Hattou, "Le processus de réalisation d'un film: de l'idée au film" par le réalisateur Driss Chouika, et un autre sur "La création d'un film" encadré par le réalisateur Abdelouhaed Mjahed et l'acteur Rafik Boubker.
Durant les quatre jours de cette manifestation, le public aura rendez-vous avec une série de conférences sur "Marocains du monde et productions cinématographique" avec la participation du président du Festival maroco-italien et acteur associatif, Abdallah Khezraji, du producteur cinématographique, Fouad Challa, du distributeur marocain établi aux Pays-Bas, Khalid Saddaty, du présentateur d'émissions aux Pays-Bas, Kacem Achahboun et d’Abdellatif Maaroufi, chargé de mission au CCME en tant que modérateur. La deuxième porte sur "Cinéma et territoire: quelles interactions" animée par Abdessadek El Alem qui a longtemps travaillé dans le secteur de la promotion de la région de Ouarzazate à travers le 7ème art, outre une table ronde sur les réussites de certains Marocains du monde dans le monde des médias, de la culture et de la création avec la participation de Samira Djouadi, déléguée générale de la Fondation TF1, l'acteur maroco-belge, M’Barek Belkouk et la réalisatrice Malika Zairi. Ce débat sera modéré par Aziz Rifki, chargé de mission au sein du CCME.
Le festival offre enfin l'occasion de suivre une exposition photos du réalisateur et photographe franco-algérien, Farid Dms Debah sur le thème: "Des regards qui ne laissent jamais indifférents". Il s'agit d'une galerie de portraits de diverses personnalités médiatiques, du Maroc et d’ailleurs, faisant face au fléau de la maltraitance infantile sous toutes ses formes.
L’exposition a été réalisée dans le cadre d'un partenariat avec l’ONG « Touche pas à mon enfant» qui œuvre pour la défense des enfants maltraités et la lutte contre les abus sexuels à leurs égards.
Le Festival international Cinéma et migrations est organisé avec l'appui du ministère chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration, du Conseil régional de Souss-Massa, et du Conseil provincial d'Agadir.

Vendredi 10 Novembre 2017

Lu 1026 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs