Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Profs de demain, aujourd’hui agressés

Le PJD se disculpe et l’Intérieur évoque des blessures légères










Et la Constitution dans tout cela ?



Casablanca, Tanger, Marrakech, Fès, Oujda, Tanger, Inezgane… Dans les quatre coins du Maroc, des enseignants stagiaires - 20.000 selon les organisateurs - ont battu le pavé, jeudi 7 janvier, pour réclamer l'annulation de deux décrets du ministère de l’Education nationale portant sur la séparation entre la formation et le recrutement. Cependant, ces manifestations ont été sévèrement réprimées et les enseignants stagiaires dispersés à coups de matraque par les forces de l’ordre. Les images, prises par des confrères, ou diffusées par des enseignants stagiaires eux-mêmes, montrent en effet plusieurs manifestants le visage en sang, parfois transportés sur des brancards et évacués vers les hôpitaux publics, voire alités dans ces derniers.
En réponse, le gouvernement, à travers son porte-parole Mustapha El Khalfi, s’est dédouané de toute responsabilité en indiquant qu’il « n’est pas responsable des excès de violence ». Tandis que le président du Conseil national du parti de la Lampe, Saadeddine El Othmani a déclaré que sa formation « refuse le recours à la violence lors des manifestations pacifiques ».
Quant au chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane qui a pris la parole à ce sujet, lors de la session d’ouverture du conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD) tenu le 9 janvier à Salé, il a affirmé avoir appelé le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, pour « discuter » du sujet. Une conversation sur laquelle il n’a livré aucun détail si ce n’est qu’aucune décision ne serait prise avant que les autorités n’aient obtenu des informations « exactes » sur le déroulement de la manifestation. Il a ensuite affirmé que le gouvernement était contre la violence, mais aussi « contre le non-respect de la loi » sans donner plus de précisions.
De son côté, le ministère de l’Intérieur a expliqué dans un communiqué diffusé samedi 9 janvier, que quelques « blessures légères ont été enregistrées dans les rangs des enseignants stagiaires des centres régionaux des professions de l’éducation et de la formation dans les villes de Casablanca, Marrakech et Inzegane », ajoutant que « bien que les marches n’aient pas été autorisées, et que les décisions d’interdiction aient été communiquées aux personnes concernées », plusieurs manifestants « encouragés par des parties habituées à instrumentaliser les revendications de certaines catégories pour nourrir les troubles » « ont insisté sur l'organisation de ces marches, en violation complète de la loi ; en face de cela, les autorités locales et les forces publiques, ont procédé, en pleine conformité avec les règlements et les dispositions légales, à des tentatives de dissuasion des manifestants, veillant au respect de la loi, chose à laquelle se sont soumis les enseignants stagiaires dans les villes de Fès et de Tanger ».
Parallèlement, et selon le site d’informations Ahdath, le directeur de la DGSN Abdellatif Hammouchi, aurait ordonné l’ouverture d’une enquête sur la dispersion de la manifestation pour déterminer si la violence utilisée était excessive ou non.
Reste néanmoins à rappeler que la « conformité avec les règlements et les dispositions légales » citée dans le communiqué du ministère de l’Intérieur, aurait dû être en adéquation avec l’article 22 de la Constitution qui stipule q’«il ne peut être porté atteinte à l'intégrité physique ou morale de quiconque, en quelque circonstance que ce soit et par quelque personne que ce soit, privée ou publique. Nul ne doit infliger à autrui, sous quelque prétexte que ce soit, des traitements cruels, inhumains, dégradants ou portant atteinte à la dignité. La pratique de la torture, sous toutes ses formes et par quiconque, est un crime puni par la loi ». Elle aurait dû également être au diapason de la circulaire publiée en octobre 2015 par le ministre de la Justice et des Libertés, relative au comportement des forces de l’ordre avec les manifestants pacifiques. Un document, qui devait en principe « garantir le droit à la manifestation pacifique et appelle au respect de la loi par les forces de l’ordre avant toute intervention».
Pour rappel, la répression de la manifestation des enseignants a fait une dizaine de blessés dont trois sérieusement. Ce qui a induit une forte mobilisation des réseaux sociaux pour la dénoncer et lancer une pétition réclamant que tous les responsables de ce qui est advenu soient traduits en justice. En outre, plusieurs acteurs de la société civile ont appelé à des sit-in et des marches en guise de solidarité avec la cause des enseignants stagiaires.

 

Karima Nadir
Lundi 11 Janvier 2016

Lu 1575 fois


1.Posté par DR IDRISSI MY AHMED.. le 10/01/2016 19:10
Ce genre de situations rétrogrades et douloureuses collent une très mauvaise réputation au Maroc.

Cela casse notre affaire nationale, celle du Sahara, notre droit à la juste considération pour les progrès réalisés, ceux de notre pays sous nos rois, comme cette large ouverture du Maroc devant les investisseurs de tous les pays d’Europe, d’Amérique, d’Afrique et d’Asie.

Dommage, car les libertés en prennent un sale coup. La mal-vie nous guette. Et ça nous dégrade devant nos adversaires et nos concurrents. On voudrait réparer ça, cette dérive, cette erreur et ne plus ternir notre image de pays démocratique avancé. Ne serait-ce que par rapport, disais-je, face à nos pairs de la région !

J'aime bien votre contenu et serein, malgré les dépassements subis par ces futurs formateurs. J'apprécie aussi votre lecture cordiale des limites de chacun dans son magistère au gouvernement.

Qu'est-ce qu'ils attendent, nos instits, quels sont leurs droits et les limites de l'Etat pour les satisfaire ou pour les convaincre, sans passer par les bastonnades ?

Que comprendre ? Comment devoir demain ou d’expliquer aujourd’hui, le pourquoi et les dépassements, des uns et des autres. Cette gestion , cette réaction névralgique, valable pour d'autres temps ou d'autres régions encore, en état de guerre civile ou de guerres imposées, n'apportent rien de bon pour la tranquillité de notre pays, le Maroc!

Rien hélas pour nos bons gouvernants. Et c'est heureux qu'ils maintiennent la paix régionale dans notre pays, contre vents et marais. Pourquoi alors créer la houle quand SM le Roi, donne pour sa part, la meilleure image de sympathie, de grandeur et de gentillesse auprès des foules ? Pourquoi vouloir ternir son aura par des actes incongrus ? Mais ce ne sera jais fait. Vos erreurs ou vos fautes seront nécessairement analysées et réparées.

Le hooliganisme ne doit pas venir des services de sécurité. Il fallait convaincre les instits comme on a su, plus ou moins bien gérer les doctorants ! Il est dommage de ternir l'image des Services de sécurité et de Police, eux qui font tout pour nous protéger des extrémismes divers !

On doit avoir le soucis d'éviter toutes les bavures, pour sauver la paix , la justice, les droits, mais surtout nos avancées régionales pacifistes et notre cohésion sociale .

Cela nous fait et nous cause des soucis politiques, devant les chefs des grandes puissances amies ! Une opinion, que doivent partager des millions de parents d'élèves et d’enseignants.

Blessés et outrés, ils ont du se mettre de chair et de cœur, à la place de ces stagiaires, rudoyés et malmenés. Ce n'est pas qu'ils aient raison ou tort dans leurs dossiers, ou leur manière d’interpeller le gouvernement ! C'est le climat terroriste et fanatique, autour de nous, qui a fait que pour les '' gérer'' par la Sécu, les policiers ont eu la main trop lourde ! Or, ce n'est pas parce qu’ils s’appellent '' enseignants '' qu'il faut les faire saigner ! N’y-a-t-il pas d’autres manières, moins brutales et plus cool ? Des consignes plus apaisées et plus aisées, démocratiquement évoluées !

Avant, il y des lustres, les pères qui plaçaient leurs bambins à l'école coranique disaient au fqih du quartier '' Inta debah, we ana nasslakh !''. Il y a 15 jours, ma petite fille de presque 7 ans m'en a voulu de l’avoir écartée d'une petite tape, de mon clavier. Nour m'avait alors rétorqué : '' Et les droits des enfants, qu'est-ce que tu en fais ? Tu n'as pas le droit de me frapper ! ''. Elle vient de me préciser ses mots à l’instant par un slogan scolaire. Un pensum : ‘’ Il ne faut pas me frapper, ça fait partie des droits de l’enfant.’’ C’est entendu !

C’est à croire que vu de l’optique de la Police, vis-à-vis des foules rangées, avec ou sans autorisation, menaçantes ou pas, que cette police pense un peu, comme moi. « Heya eddir lebsalla , we zeâama , we tangour, yela baêditiha , be chi dréba! »… Mais là, concédons-nous un fait libérateur. Disons-leur que Si Basri est mort et qu’il ne faut pas le réveiller ! C’est contreproductif : localement, économiquement, financièrement et géopolitiquement ! Et que ses méthodes de gestion, plombées dans les caveaux, ont été revues à plus douce, depuis !

Nostalgies. Je me rappelle jeune étudiant, après eu mon bac mission, j’ai été répétiteur, chargé de cours à la Qaraouiyne. Ce faute de bourse. Je suis devenu résidant à la cité U de l’Agdal après qu’on m’ait inscrit à la fac de médecine. Là un jour j’ai avoir subi des déboires qui m’ont marqués à vie. Je revenais des lavabos, théière en main et j’ai refermé ma porte du 112.

Soudain, elle fut brutalement ouverte. Trois policiers y pénètrent en trombe. ‘’Allez vite, fais tes bagages’’ ! Je n’ai rien compris. Je me suis exécuté. Mettre tous les papiers, livres, affaires et biens ridicules, sens dessus dessous n’est pas facile ni rapide.

‘’ Allez presse-toi. Serbi ‘’ ! Dit l’un. C’est ce que je fais ! Une gifle immense et puissante ma éberlué. Je ressors après un instant. La cité est vidée. Je porte deux lourdes valises. Que faire ? Je m’adresse à un officier il me semble. Seul debout en face de l’entrée et devant une estafette ! Je ne sais que faire. Je luis dis que je n’ai pas de quoi prendre un taxi pour déguerpir de la cité. Il dit au chauffeur, sans me répondre. ‘’Conduis-le où il veut’’. Rue du Sénégal, s’il vous plait !
C’était Dlimi; l’officier en faction, m’a-t-on dit, des années après.

Ça fait 50 ans que cette séquence me marque. Ma joue en tremble encore de honte et de mépris ! Est-ce, cette main trop hâtive, qui m’a marqué au point d’activer mon psoriasis et de déclencher ma myasthénie ?

J’aurais pu être, moi ou votre fils, parmi ces médecins internes de Baddou ou ceux de Louardi, ces spécialistes grugés qui n’ont pas manifesté, ou ces instituteurs qui ont été malmenés, la semaine dernière, pour avoir osé se montrer afin d’exprimer leurs droits. Mal leur en prit de vouloir être des citoyens libérés. Les anciens taulards, aux affaires depuis, en esprits courageux et avancés qu’ils restent, comprendront mieux. Ils se doivent d’expliquer qu’il faut à nos Cadres policés, mieux ménager le paysage qu’ils protègent et embellissent.

N'étant pas dans cette ‘’maîtrise lourde des maîtres’’, je ne sais, si j'étais responsable, policier, parlementaire ou ministre, comment j'aurais agi, ce face à la menace sécuritaire des nombreux manifestants. Comment réagir à la crise pour en curer les causes et les dégâts collatéraux qui l’ont assombrie ? C‘est le devoir urgent des régisseurs, en toute sincérité.

Comment gérer la post-crise, dès lors, sans en gêner encore le Palais ? D’éventuels dégâts collatéraux, inhérents aux risques sécuritaires doivent être mieux instruits ! Ceux du maintien de l’ordre, coûte que coûte et ceux d’apaiser le peuple, en rassurant les citoyens.

Aller à table ou simplement être honnêtes avec les courageux instits. Ces hommes qui façonnent les autres ! Ces enseignants respectables dont notre tradition professe : ‘’ L’instituteur a failli être un prophète ’’!

Qu’ils n’oublient pas nos protecteurs policés le tribut payé par les tunisiens pour quelques œillets versés au dit Printemps arabe !
Quel printemps ? Quand on sait le chaos des peuples éclatés pour des riens ! Des mots arrogants, des actes belliqueux, des cris mobilisateurs, des critiques ou des soulèvements déclenchés de loin.

Des acteurs meurtriers, instrumentalisés politiquement, impulsés de l’étranger, qui déchirent maintenant l’Orient et qui répandent le sang et les populations fugitives, vers la mort et la fuite, éclatés entre la misère et la haine, s’ils survivent ! La honte de toute l’humanité.

Il faut se remettre dare-dare, ‘’au travail, 22 heures par jour’’ ! Leur rendre leur estime de soi, visiter les blessés alités. S’acquitter de leur donner leurs ‘’ 2 francs’’ avec tous les égards indus. Rendre justice à l’endroit de ces enseignants, sans plaisanter, dont on sait le besoin pour revoir les cursus et les langues, versatiles ou vestigiales, de notre patchwork d’enseignement.

Bonne lectures et merci d’excuser ma franchise et mon amour pour l’ordre, les droits et la justice, dans ma patrie.

Dr Idrissi My Ahmed Kénitra, le 10 Janvier 2016

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs