Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Profession: gardien de voitures


Un autre secteur appelé à être réglementé



Profession: gardien de voitures
Gardiennage  de voitures, un secteur qui se résume en un seul mot : anarchie. Les automobilistes y perdent leur latin. Aucune réglementation  ou plutôt aucun respect de celle en vigueur.  En effet, un arrêté du ministère des Finances, datant de 2004, existe bel et bien. Ce texte évalue ainsi la prestation des gardiens le jour à 1 DH pour les vélos, 2 DH pour les voitures et les vélomoteurs et 4 DH pour les camions. La nuit, ce tarif est double. C’est le côté cour où le texte devrait être respecté. Mais que se passe-t-il côté jardin ? Les gardiens fixent leurs propres tarifs. Qui n’a jamais eu de rixe avec le gardien de parking à ce propos ?  Impossible d’y échapper. Younès en a fait l’expérience. Il raconte : « Une fois, j’ai garé ma voiture et n’ayant pas trouvé la personne que j’allais visiter, je suis revenu vite la récupérer et j’ai glissé une pièce de 2 DH au gardien. Il me l’a jetée à la figure. Il m’a fallu faire preuve de beaucoup de sang-froid pour passer outre ».
Il faut savoir aussi que les zones de gardiennage sont délimitées par la commune et le prix des licences varie entre 20.000 et 30.000 dirhams par an. Seul le président de la commune ou du Conseil de la ville est habilité à octroyer une autorisation pour exercer le métier de gardien de parking. Auparavant, le futur gardien de voitures fait l’objet d’une enquête de police. Une procédure  à laquelle échappe la quasi-totalité  des gardiens qui achètent leur licence à des intermédiaires.  En effet, rares sont les gardiens qui possèdent leurs propres licences. Tout un processus qui développe la précarité et du coup, le gardien de voitures essaie de se rattraper en imposant sa propre loi. Un comportement qui frise l’agressivité.« C’est vraiment extraordinaire, quand le gardien voit une voiture arriver, il accourt tout sourire et se fait payer d’avance. Mais pour repartir, il disparaît comme par enchantement. Je n’ai qu’à me débrouiller pour sortir toute seule », se plaint cette femme. Des propos confortés par Aziz, un autre habitué des parkings. « Généralement pour repartir, le gardien  n’est pas là pour me guider, occupé  à garer un autre client, explique-t-il ». Quant à Latifa, une émigrée qui vit en France, elle voit les choses sous un autre angle : « Durant les vacances, les parkings près des plages sont  une aubaine pour les gardiens de voitures. Ils se frottent les mains. Les voitures immatriculées à l’étranger attisent beaucoup leur convoitise et, à la longue, cela impacte sérieusement mon budget ».
Par ailleurs, c’est un secteur qui s’est à la fois rajeuni et féminisé. Auparavant, on y rencontrait  surtout des personnes d’un certain âge. Maintenant, des jeunes ayant fréquenté l’école parfois même diplômés se rabattent sur ce métier. Hamid, ce jeune d’une vingtaine d’années en est le meilleur exemple. « J’ai eu mon bac et j’ai même été à la faculté une année, mais je n’ai pas les moyens de continuer », précise-t-il. Et d’ajouter : « A côté, je lave des voitures, et le soir, je fais gardien dans une villa. Généralement les clients sont  généreux avec moi ». Mais ce qui peut frapper le plus, c’est la présence de femmes dans un milieu exclusivement masculin, rude et parfois violent. « Après avoir perdu mon mari, j’ai dû reprendre sa place. Je n’avais pas d’autres choix que de travailler pour subvenir aux besoins de mes enfants. C’est très dur de se faire respecter. Que de fois des clients ont pris la poudre d’escampette sans s’acquitter de leur dû. Mais depuis, j’ai dû me faire une carapace de protection », affirme une gardienne.
En somme, il s’agit là d’une frange de la société qui vient grossir les rangs, ô combien remplis, de chômeurs ou même de travailleurs non déclarés. A l’heure où on parle de retraite et de choix politiques, quelles sont les  stratégies à adopter pour les sortir ou du moins atténuer leur  degré de précarité ?

Nezha Mounir
Mardi 5 Février 2013

Lu 889 fois


1.Posté par J. le 06/02/2013 15:28
Merci de cet article sur des gens souvent considérés "invisibles" dans le paysage urbain.

2.Posté par Abdoufr le 07/02/2013 00:33
Merci d'avoir publier des articles qui sont réels et qui montrent le vrai visage de la vie précaire au Maroc

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs