Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Produits impropres à la consommation : La lutte s'intensifie contre les fraudeurs




Produits impropres à la consommation : La lutte s'intensifie contre les fraudeurs
En cette période ramadanesque, les descentes  des commissions mixtes de contrôle des prix et de la qualité  des produits alimentaires et de la répression de la fraude se multiplient au niveau des provinces et des préfectures pour lutter contre ce phénomène qui tend à s'amplifier durant le mois sacré. D'autres services interviennent dans cette lutte pour tenter de protéger le consommateur contre des intoxications alimentaires  fréquentes durant le mois du jeûne, à en croire les statistiques des services hospitaliers  tels les services vétérinaires provinciaux relevant de l'Office national de sécurité sanitaire des aliments (ONSSA).
A Béni Mellal, par exemple, un rapport concernant la première semaine de Ramadan fait état de 539 unités de lait et produits dérivés, 147 kg de saucisses et 77 kg de poissons congelés, saisis par les services concernés. Dans la même ville, la commission provinciale mixte a procédé également à la destruction de 30 litres de lait, 29 litres de boissons gazeuses, 21 boîtes de fromage, 21 kg de dattes, 20 unités d'œufs, 20 boites d'olives, de tomates et de poissons en conserve. D'autres produits alimentaires impropres à la consommation ont été saisis lors de cette campagne ramadanesque contre la fraude.
Toujours au Moyen-Atlas et pas loin de Béni Mellal, trois tonnes et demie de viandes rouges ont été saisies à Khénifra par la brigade permanente de contrôle du service vétérinaire. 26 autres tonnes d'abats impropres à la consommation ont  été également détruites par les services concernés. Et il est certain que les exemples de fraude alimentaire sont légion à travers tout le pays.
Au niveau national, les brigades des services vétérinaires de l'ONSSA ont effectué 4268 opérations de contrôle  rien que pour le mois de juillet. Mais on est à se demander pourquoi ces services provinciaux de contrôle des prix et ceux dépendant de l'ONSSA intensifient leurs activités spécialement durant le mois sacré comme si la fraude et la vente des produits avariés constituent un phénomène qui se produit uniquement durant le Ramadan. Certes les risques sont plus grands lors de ce mois sacré car tout un chacun s'improvise marchand de telle ou telle denrée alimentaire, néanmoins la protection doit se faire d'une manière permanente et une certaine vigilance s'impose également du côté des consommateurs. 

KAMAL MOUNTASSIR
Mercredi 25 Août 2010

Lu 550 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs