Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Procréation assistée : Un risque accru de malformations à la naissance




Procréation assistée : Un risque accru de malformations à la naissance
Chaque année, plus de 3,7 millions d'enfants naissent dans le monde grâce aux techniques de procréation médicalement assistée (AMP). Des techniques qui se perfectionnent de plus en plus mais qui ne semblent pas sans risque pour les futurs bébés. C'est du moins ce que suggère une étude australienne publiée dans la revue New England Journal of Medicine. Menée par des chercheurs du Robinson Institute de l'Université australienne d'Adelaïde, celle-ci révèle que les bébés conçus à l'aide de ces techniques auraient plus de risque de malformations à la naissance.
Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont comparé les données obtenues lors du suivi de 6.163 procréations artificielles à celles d'un ensemble de 308.974 grossesses, intervenues entre janvier 1986 et décembre 2002 dans l'Etat de South Australia. Ils ont ainsi observé que les naissances issues d'une fécondation in vitro (FIV) "classique" ou de type ICSI (micro-injection directe d'un spermatozoïde dans l'ovocyte) ou encore après "induction d'ovulation" montraient des taux de malformation pour les bébés significativement plus élevés. "Le risque non corrigé de défaut à la naissance pour les grossesses après AMP s'élève à 8,3%, contre 5,8% pour les grossesses sans technique de procréation artificielle", explique ainsi le Pr Michael Davies du Robinson Institute cité par l'AFP.
Pour féconder les ovules, il existe en effet plusieurs méthodes : la fécondation in vitro (FIV) qui consiste simplement à mettre en contact l'ovocyte avec des spermatozoïdes et l'injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) qui est utilisée lorsque les cellules masculines ne parviennent pas à féconder spontanément l'ovocyte. Un seul spermatozoïde en "bon état" est alors prélevé puis injecté in vitro dans un ovocyte prélevé chez la femme après une stimulation. Or, "nous avons trouvé des différences significatives en termes de risques entre les traitements disponibles", ajoute le chercheur. Selon les résultats dévoilés, le risque de malformation s'élève à 7,2% pour la FIV classique et à 9,9% pour la FIV avec ICSI.
"Un élément dont on ne parle pas souvent en clinique est, le risque d'avoir un enfant anormal. Cette étude souligne l'importance de parler de cela entre patients et médecins", souligne Michael Davies selon qui cette découverte doit inciter les futurs parents et les médecins à "parler de ce risque au moment de choisir un traitement". Néanmoins, les scientifiques comptent poursuivre les recherches pour comprendre l'origine du décalage observé entre les différentes techniques.

Libé
Samedi 12 Mai 2012

Lu 579 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs