Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Proche-Orient : L’UE tente de relancer le processus de paix




Proche-Orient : L’UE tente de relancer le processus de paix
L’Union européenne (UE) pourrait accroître l’aide aux Palestiniens et renforcer ses missions de sécurité au Liban et dans les Territoires palestiniens afin de relancer le processus de paix au Proche-Orient, a proposé lundi la haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères Catherine Ashton.
“L’Union européenne est prête à accroître son implication” dans le processus de paix, a déclaré la Haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères dans un discours devant la Ligue arabe au Caire, appelant le Quartette pour la paix au Proche-Orient (UE, Etats-Unis, Nations unies et Russie) à faire davantage pour ramener les deux parties à la table des négociations.
Mme Ashton a rappelé que l’Union européenne apporterait son soutien à un Etat palestinien dont les frontières auront été conjointement approuvées et qui partagerait, avec Israël, Jérusalem comme capitale. La représentante européenne a ajouté que des “garanties sécuritaires, financières et politiques” supplémentaires étaient à l’étude.
Les missions de sécurité lancées il y a plusieurs années par l’UE sur demande de l’Etat hébreu pourraient ainsi être renforcées, à l’instar de la mission de maintien de la paix au sud-Liban, de la mission de formation de la police palestinienne en Cisjordanie et de l’opération de surveillance de la frontière entre Israël et la Bande de Gaza.
La communauté internationale, y compris les pays arabes, “doit offrir des garanties aux parties afin qu’elles puissent s’engager sur le chemin de la paix”, a-t-elle conclu.
Mme Ashton a par ailleurs critiqué la décision de l’Etat hébreu de construire 1.600 nouvelles unités de logement à Jérusalem-est, ainsi que la réticence du gouvernement palestinien à entreprendre des réformes. La décision de l’Etat hébreu avait été annoncée la semaine dernière en pleine visite du vice-président américain Joe Biden. Elle avait automatiquement soulevé l’indignation de la communauté internationale et des Palestiniens, qui y voient une remise en cause de facto de la solution de deux Etats.
Le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit a qualifié les actions d’Israël d’”absurde, de dérobade, de tactique et de tentative d’asphyxier les Palestiniens”.
“Les récentes mesures ont révélé qu’il n’y avait rien de nouveau, si ce n’est un désir de perdre du temps. Il faut une prise de position de la communauté internationale”, a estimé le ministre égyptien à la sortie d’une réunion avec Mme Ashton, estimant qu’”Israël doit savoir qu’il y a un prix à payer”. 

AP
Mercredi 17 Mars 2010

Lu 482 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs