Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Prisme tactique : L’Espérance annihile les espoirs du FUS Manque de maîtrise




Le FUS a été éliminé, jeudi
à Alexandrie, en demi-finale du championnat arabe des clubs
champions de football, après
sa défaite sur le score de 2 buts
à 1 face à l'Espérance Sportive
de Tunis (EST).
Les Fussistes ont ouvert le score à la 28è minute de jeu par l'entremise de Hamza Semmoumi, avant
que les Tunisiens n'égalisent dès l'entame de la seconde période (47è) grâce à Khalil Chamam. Le but
de la victoire a été marqué par Taha Yassine Khnissi lors
des prolongations (95è).
La rencontre a été marquée par
l'expulsion de Mehdi Tach
et Mohamed Fouzir, côté FUS, et de Taha Yassine Khnissi côté EST.
En finale, prévue dimanche, les Tunisiens seront opposés au club jordanien d'Al Faiçali, vainqueur, la veille, d'Al Ahly d'Egypte (2-1).  


Dans la lignée du leitmotiv qui caractérise cette coupe arabe, un football plaisir porté sur l’attaque (2,5 but/match), le match de jeudi fut prolifique en buts et en émotions. Un combat qui n’était pas écrit d’avance, indécis et donc intéressant.
Dans une opposition de styles certaine, les Tunisiens de l’Espérance ont eu la mainmise sur le ballon (61%), quand  les Fussistes privilégiaient les contres rapides. Les deux équipes se sont présentées sur la pelouse du stade d’Alexandrie avec les mêmes dispositions tactiques (4-2-3-1), nuancées dans l’animation défensive : 4-4-1-1 du FUS faisant face aux 4-1-4-1 des Tunisois.
Défensivement, le Fath a commencé par un pressing haut, coupant les lignes de passes intérieures, ce qui a eu le don d’orienter la relance tunisienne sur les côtés. Ce schéma fut privilégié jusqu’à l’ouverture du score, sur un modèle d’attaque placée. Bien que l’action du but ne cadre pas avec le plan de départ, elle pointe tout à la fois le manque d’agressivité du milieu tunisien à la récupération et l’expression des limites de leur organisation défensive. A savoir un espace béant et des lignes totalement desserrées entre la défense et le milieu de terrain. Par leurs déplacements vers l’intérieur, les attaquants excentrés du FUS ont donné des solutions de passes entre les lignes, notamment dans l’espace dit «Half Space», c'est-à-dire, la zone entre le latéral et le défenseur axial. Ce déséquilibre a souvent guetté les Tunisiens. Il est à l’origine de l’unique but des Fussistes. Mais ce fut le début de la fin des velléités offensives pour le FUS qui a reculé et perdu du terrain au fil de la rencontre.
Mohamed Fouzair, le meilleur buteur de la compétition (3 buts en 5 matchs), ne peut être tenu pour responsable des difficultés offensives de son équipe (2 tirs cadrés). Même s’il n’a pas non plus offert la même valeur ajoutée en termes d’accélération, de puissance et de technique. Autour de lui, personne n’a été très performant et son positionnement dans l’axe en soutien à l’avant-centre, lui a son doute coupé les ailes, alors qu’il est plus à l’aise sur le côté, quand il faut avaler les espaces.
Dans l’entrejeu, l’un des symboles de la faillite est  A. Skouma. Il a fait partie du duo défensif du milieu de terrain, avec B. Boulahroud et sa prestation trace toutes les limites de l’option par rapport à son profil. Offensivement, il propose peu, son trajet est surtout latéral, sur sa moitié de terrain, au niveau de la ligne médiane. Sans le ballon, il défend, mais il récupère peu de ballons et ne se projette pas. Sa gestuelle aussi lente que sa transmission pointe clairement son incompatibilité dans ce choix de jeu en contre, basé sur la recherche rapide de la profondeur et une vitesse d’exécution en une ou deux touches de balles maximum. A cause de ce manque de spontanéité dans l’accompagnement des attaques, on s’est retrouvé avec des écarts trop importants entre les premiers relanceurs fathis et  les attaquants. Pour preuve, le faible pourcentage de passes réussies (66%).
Et pour finir, c’est l’organisation défensive des Fussistes qui fut mise à mal par le coaching du technicien tunisien. En demandant à ses latéraux de se placer plus haut dans le camp adverse tout en prenant leur couloir plus souvent, Faouzi Benzarti a réussi à donner plus de solutions sur la largeur, ce qui a permis à son équipe de sortir de l’asphyxie résultante de la densité du milieu de terrain du FUS. Ils ont aussi trouvé des solutions en utilisant la carte du jeu de tiroir en triangle. Une solution qui a posé d’énormes problèmes à Mehdi El Bassel, tiraillé entre la position intérieure du milieu gauche tunisien et les déboulés du latéral le long de la ligne de touche. Peu aidé par son milieu gauche, souvent battu par la passe qui lançait le latéral, le gaucher du FUS a passé une soirée compliquée. Heureusement, ses partenaires de la défense ont réussi à repousser les centres adverses.
Car au fond, hormis un gardien qui aurait largement sa place dans les bêtisiers des portiers britanniques, un arbitre qui a manqué singulièrement de psychologie et des joueurs qui n’ont pas su maîtriser leurs émotions (2 cartons rouges), le FUS pouvait sortir indemne de cette rencontre. Cette dernière donnée reflète le plafond de verre auquel se sont heurtés la plupart de ses compatriotes marocains face aux équipes tunisiennes. Et même si Oualid Regragui a essayé de réveiller, d'un coup tactique, avec le passage en 3-2-3 pendant les prolongations, les espoirs d'une équipe désabusée, même quand il a un palmarès, un savoir-faire et un indéniable sens de la communication, un entraîneur reste un entraîneur, pas un alchimiste.

Chady Essalam Chaabi
Samedi 5 Août 2017

Lu 782 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs