Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Priorité à l’économie dans les pays du Printemps arabe


La régression du secteur touristique et la baisse des IDE plombent les économies de la région



Priorité à l’économie dans les pays du Printemps arabe
Les participants à un colloque international, organisé vendredi et samedi à Marrakech, sur la transition politique et économique du «Printemps arabe», ont appelé à donner la priorité à l’économie dans les pays arabes, notamment ceux qui connaissent des révolutions, pour surmonter la situation actuelle marquée par des tensions sociales.
Les intervenants dans le cadre d’une rencontre internationale placée sous le thème «Deux ans après les révolutions arabes: opportunités et risques d’une transition politique et économique», ont appelé à élaborer des visions stratégiques pour sortir de la situation de statu quo économique.
Ils ont noté que les pays du «Printemps arabe» connaissent des difficultés économiques, relatives à la régression du secteur touristique ainsi que la baisse des investissements étrangers directs (IDE).
Beaucoup de défis stratégiques attendent ces pays pour revenir à la stabilité, à l’attractivité des IDE et à la refonte du régime régionale arabe qui s’est éclipsé au profit de pays étrangers qui ont tiré profit de cette absence, ont-ils ajouté.
Ils ont, par ailleurs, fait observer que malgré les différences entre les causes, les objectifs ainsi que les formes de ce printemps, il y a une ressemblance, notamment au niveau de la propagation de la corruption et la hausse des taux de chômage.
Dans une déclaration à la MAP, le directeur du Groupe de recherche sur les études internationales et la gestion du risque, Dr. Idriss Lagrini, a souligné que les défis des mutations actuelles dans la région arabe est tributaire de la réalisation d’une croissance forte, la consécration de l’Etat du droit et de la loi et du respect des droits de l’Homme, une rupture avec la corruption et la construction d’un régime arabe efficace.
Et de poursuivre que la réalisation de ces défis est confrontée à des contraintes socio-économiques et politiques et à la non adhésion de toutes les élites dans les mutations que connaissent cette région du globe.
Ce colloque a été marqué par la participation de près de 30 universitaires issus de la Libye, la Tunisie, l’Egypte, le Liban, le Soudan, la Palestine outre le Maroc.

Libé
Mardi 26 Mars 2013

Lu 168 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs