Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pression de l’opposition française avant la réunion sur l'écotaxe

Manifestations émaillées de violences dans le Finistère




Pression de l’opposition française avant la réunion sur l'écotaxe
Les ténors de l'opposition ont maintenu la pression mardi matin sur le gouvernement avant une réunion à Matignon consacrée à l'écotaxe, une mesure prévue par la précédente majorité et qui rencontre une opposition grandissante en France, y compris dans les rangs de la majorité.
Jean-Marc Ayrault devait recevoir hier les principaux acteurs du dossier - les élus bretons, les ministres et le préfet de région - pour "échanger" sur ce dispositif visant à taxer la circulation de poids lourds afin de financer les infrastructures ferroviaires et fluviales.
Les élus UMP de Bretagne, qui réclament l'abrogation de la taxe, ont annoncé qu'ils boycotteraient la réunion, une décision fustigée mardi par le chef de file du Modem, François Bayrou, qui a renvoyé dos à dos le parti de Jean-François Copé et le Parti socialiste.
"Cette écotaxe a été inventée, mise en place et votée sous le gouvernement précédent, si on avait un peu d'esprit de responsabilité et de modération on dirait les deux majorités sont co-responsables, co-parentes de cette taxe", a estimé l'ex-député du Béarn sur i>TÉLÉ.
"Toutes les sensibilités politiques qui ont contribué à mettre en place cette taxe devraient prendre leurs responsabilités en réfléchissant ensemble aux moyens de remettre à plat, corriger les anomalies et de faire en sorte de rassurer ceux qui s'inquiètent aujourd'hui", a-t-il ajouté. Au lendemain d'un week-end marqué par une manifestation d'opposants à l'écotaxe dans le Finistère émaillée de violences, l'ancien candidat à l'Elysée a jugé la situation "préoccupante". "C'est une marée qui monte en Bretagne qui à la fois cible la manière de gouverner qui est insupportable d'incohérence et d'absence de cap et cible l'impuissance de la politique", a-t-il dit.
La mise en place de l'écotaxe intervient au mauvais moment en Bretagne, dans un contexte de crise économique qui met à mal le secteur agroalimentaire. Près de 75% des Bretons s'y disent opposés, selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest-France.
"Cette taxe tombe à un mauvais moment à la fois pour la Bretagne et la France où il y a un sentiment que le travail, l'initiative et l'investissement sont pénalisés par trop d'impôts", a dit le commissaire européen au Marché intérieur Michel Barnier sur France Info, précisant que rien n'obligeait au niveau européen la France à imposer une telle taxe.

Reuters
Mercredi 30 Octobre 2013

Lu 45 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs