Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Présidence FIFA : Neuf mois de tourmentes dans la demeure zurichoise




Entre le congrès électif de mai 2015 et celui de vendredi, la Fifa a connu la crise la plus grave de son histoire avec un vaste scandale de corruption dénoncé par les justices américaine et suisse.
Joseph Blatter et Michel Platini, présidents de la Fifa et de l'UEFA, sont fragilisés dans une affaire parallèle de paiement controversé.
. 27 mai 2015: sept hauts dirigeants du football international sont arrêtés à Zurich, à la demande de la justice américaine. 14 personnes (dont 9 membres ou anciens membres de la Fifa) sont mises en cause. L'acte d'accusation américain parle de quelque 150 millions de dollars (132 millions d'euros) de pots-de-vin et de rétrocommissions, depuis les années 1990.
Dans une procédure distincte, ouverte contre X pour soupçons de "blanchiment d'argent et gestion déloyale" autour de l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar, la justice suisse procède à des perquisitions au siège de la Fifa.
. 29 mai: Blatter est réélu à 79 ans pour un cinquième mandat de quatre ans, malgré la demande de Platini de se retirer.
. 2 juin: Blatter annonce sa démission. Un congrès extraordinaire électif sera fixé au 26 février 2016.
. 29 juillet: Platini annonce sa candidature à la présidence de la Fifa.
. 17 septembre: Jérôme Valcke est relevé de ses fonctions de secrétaire général de la Fifa, sur fond de soupçons dans une affaire de revente de billets au marché noir, qu'il dément.
. 25 septembre: la justice suisse entend Platini comme témoin assisté pour un paiement de 1,8 million d'euros reçu en 2011 pour un travail de conseiller de Blatter achevé en 2002. Blatter est mis en examen pour cette affaire et pour un contrat de droits TV présumé déloyal (très en dessous des prix du marché) envers la Fifa.
. 8-9-10 octobre: la commission d'éthique de la Fifa suspend Blatter et Platini pour 90 jours. Ils font appel. Issa Hayatou, président de la Confédération africaine (CAF), est nommé président de la Fifa par intérim.
. 26 octobre: les deux futurs favoris à la succession de Blatter se lancent dans la course le même jour: le cheikh bahreïni Salman Bin Ebrahim Al Khalifa, président de la Confédération asiatique (AFC), et l'Italo-Suisse Gianni Infantino, secrétaire général de l'UEFA, qui semble court-circuiter la candidature de Platini.
. 18 novembre: les appels de Platini et Blatter sont rejetés.
. 20 novembre: Platini saisit le Tribunal arbitral du sport (TAS) concernant sa sanction provisoire.
. 24 novembre: la chambre d'instruction de la Fifa requiert une radiation à vie contre Platini.
. 3 décembre: deux vice-présidents de la Fifa, le Hondurien Alfredo Hawit et le Paraguayen Juan Angel Napout, sont arrêtés à l'aube à Zurich, à la demande des Etats-Unis, parmi 16 nouvelles inculpations de responsables du foot, tous latino-américains. Au total, 39 personnes et 2 sociétés sont à ce jour mises en cause dans la procédure américaine.
. 11 décembre: le TAS maintient la suspension provisoire de Platini.
. 16-17-18 décembre: Platini décide de boycotter son audition prévue le 18 décembre devant la justice interne de la Fifa. Blatter est entendu durant huit heures. L'avocat de Platini, Me Thibaud d'Alès, est entendu pendant neuf heures au nom de son client qui se dit "déjà jugé, déjà condamné".
. 21 décembre: Blatter et Platini sont suspendus 8 ans de toute activité liée au football par la justice interne de la Fifa.
. 22 décembre: dans un entretien à l'AFP, Platini lance qu'il va se battre "contre cette injustice, de tribunaux en tribunaux", mais admet que son "image aura été écornée".
. 7 janvier 2016: Platini indique qu'il retire sa candidature, sur lequipe.fr: "En me retirant, je fais le choix de me consacrer à ma défense".
. 10-11 janvier: Blatter et Platini confirment leur intention de faire appel.
. 12 janvier: les procureurs de la Fifa disent qu'ils vont interjeter appel des 8 ans de suspension infligés à Blatter à Platini, jugeant insuffisante cette sanction, eux qui avaient requis la radiation à vie.
. 13 janvier: la Fifa annonce le licenciement de Valcke.
. 23 janvier: Le FBI enquête sur un versement de 6,7 millions d'euros effectué par la Fédération allemande (DFB) à la Fifa dans le cadre de l'organisation du Mondial-2006, selon le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.
. 26 janvier: cinq candidatures sont validées par la Fifa pour succéder à Blatter: le prince jordanien Ali Ben Al Hussein (ancien vice-président de la Fifa), le Cheikh Salman, le Français Jérôme Champagne (ancien secrétaire général adjoint de la Fifa), Gianni Infantino et l'homme d'affaires sud-africain Tokyo Sexwale.
. 5 février: l'Afrique, plus gros réservoir de voix (54), apporte son soutien au Cheikh Salman, qui fait dorénavant figure de favori du scrutin.
. 12 février: Valcke est suspendu 12 ans par la Fifa de toute activité liée au football, alors que seuls 9 ans avaient été requis.
. 15-16 février: Platini puis Blatter sont entendus pendant plus de huit heures par la commission de recours de la Fifa.
. 18 février: la justice interne de la Fifa requiert une radiation à vie pour des faits de corruption contre deux anciens vice-présidents de la Conmebol (Confédération sud-américaine), le Colombien Luis Bedoya, ancien membre du Comité exécutif de la Fifa, et le Chilien Sergio Jadue.

39 personnes déjà mises en cause
par la justice américaine


Corruption, blanchiment d'argent, fraude, racket: 39 personnes (dont 12 plaident coupable) et deux sociétés sont à ce jour mises en cause par la justice américaine, qui enquête sur les malversations à la Fifa et au sommet du football mondial.
Pour l'essentiel, les responsables mis en cause appartiennent à la Conmebol (Confédération sud-américaine de football) ou à la Concacaf (Confédération d'Amérique du Nord, centrale et des Caraïbes).
Parallèlement à la procédure américaine, ouverte depuis plusieurs années, la justice suisse mène sa propre enquête et a mis en examen le président sortant de la Fifa Joseph Blatter.
Le scandale planétaire a éclaté le 27 mai avec l'arrestation spectaculaire de sept hauts dirigeants à Zurich, à la demande des Etats-Unis, juste avant l'élection du président de la Fifa. Deux autres responsables sud-américains ont été interpellés le 3 décembre, toujours à Zurich. Sur ces neuf dirigeants, six ont été depuis extradés: cinq vers les Etats-Unis et un vers l'Uruguay.
Selon la justice américaine, 200 millions de dollars de pots-de-vin ont circulé à la Fifa depuis 1991.

 

Mercredi 24 Février 2016

Lu 1025 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs