Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Présentation des résultats du projet Réseau 31 au niveau du pôle de Salé

La conférence de clôture a eu lieu récemment




Présentation des résultats du projet Réseau 31 au niveau du pôle de Salé
La conférence de clôture du projet «Réseau 31 Droit à la santé au profit des populations démunies», au niveau de la préfecture de Salé, a eu lieu lundi 30, après deux ans d’exécution.
Réalisé par le Comité européen pour la formation et l’agriculture (CEFA), en partenariat avec l’Espace Associatif, l’ATMDAS et l’AIDECA, le projet Réseau 31 vise à promouvoir le droit à la santé pour tous, comme prévu dans l’article 31 de la Constitution, à travers le soutien de la société civile.
Cofinancé par l’Union européenne, ce projet « répond également aux défaillances observées après la généralisation du RAMED à l’ensemble du Royaume, tant au niveau d’une information correcte sur les droits et les modalités d’accès aux soins que dans la disponibilité de services gratuits de quantité et qualité », souligne le CEFA dont le siège se trouve à Bologne, en Italie.
La conférence de clôture intervenue lundi a été l’occasion de présenter les résultats concrets atteints au niveau du pôle de Salé, indique cette organisation active dans le secteur de la coopération et de la solidarité internationale.
Ainsi, le «Réseau 31 Droit à la santé au profit des populations démunies» indique qu’entre 11 et 15 associations ont été formées sur 10 thématiques différentes. A savoir : le cadre législatif et réglementaire du Régime d’assistance médical (RAMED), les techniques de plaidoyer, le management de projets dans le domaine de la santé et la collecte et le suivi des plaintes, entre autres.
D’autres résultats ont été obtenus au cours des vingt quatre mois d’exécution dudit projet.
Comme l’indique le Réseau 31 dans un communiqué, « 16.800 Ramedistes et ayants droit ont été sensibilisés et informés sur les procédures d’obtention de la carte RAMED et sur les modalités d’utilisation, dont 6663 bénéficiaires directs et 2600 femmes de foyer ».
Par ailleurs, poursuit l’Ong, 1183 Ramedistes ont été enquêtés sur leur perception del’accès aux prestations sanitaires offertes dans le cadre du RAMED, dans les ESSB et dans les hôpitaux.
Selon la même source, « trois plateformes de concertation ont été réalisées, tant au niveau national que local, avec des représentants du MS, de l’ANAM et du MI, pour faire remonter les défaillances détectées sur le terrain et en faire l’objet d’une réflexion visant à l’amélioration des modalités d’application du régime ».
Pour la coordinatrice locale du Réseau 31, Erika Ramanzini, « le défi présenté par le projet a été et est d’importance stratégique pour le tissu associatif et pour la société marocaine, mais il a représenté aussi une grande opportunité pour la société civile de mieux se positionner dans la dynamique sociale qui s’est déjà instaurée autour des grandes réformes et des politiques d’affirmation des droits de l’Homme ».
Pour rappel, ce projet s’est articulé autour de trois axes principaux. Le premier a porté sur la formation tant au niveau de la gestion des ressources que de la législation et les procédures concernant le RAMED des groupes d’associations dans les trois pôles d’intervention : la préfecture de Salé, la région de Tadla Azilal et la province d’Errachidia.
Dans un second temps, « ce renforcement a constitué la base de l’accompagnement que les réseaux de veille ont fourni aux Ramedistes, en termes de campagnes de sensibilisation et information sur les procédures d’obtention de la carte RAMED et sur son utilisation de façon optimale », souligne-t-on.
Le CEFA ajoute, enfin, que les trois réseaux de veille accompagnés par les associations partenaires ont mis en place un plaidoyer institutionnel et médiatique auprès des institutions concernées. L’objectif étant de porter l’attention sur les dysfonctionnements et les possibilités d’amélioration du système.
Ce n’est pas tout. « Une dynamique participative entre les réseaux et les différentes institutions a été instaurée, à travers la mise en place d’une série de plateformes de concertation visant à partager les informations collectées sur le terrain et identifier les suggestions d’amélioration et les bonnes pratiques à généraliser ».
Reconnu comme ONG par le ministère italien des Affaires étrangères  et par l’Union européenne, le CEFA travaille principalement dans plusieurs pays, notamment en Tunisie, Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kenya, Tanzanie, Somalie, Sud Soudan, Equateur, Guatemala ainsi qu’au Maroc.

Alain Bouithy
Mercredi 1 Juin 2016

Lu 1141 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs