Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Présentation à Casablanca du projet d’énergie solaire : L’appel à manifestation d’intérêt pour bientôt




Présentation à Casablanca du projet d’énergie solaire : L’appel à manifestation d’intérêt pour bientôt
Le Plan solaire marocain est à l’ordre du jour. On en parlera encore à mesure que ce projet ambitieux avance tant sur le plan technique que celui financier. Pour l’heure, le débat ne fait que commencer et plusieurs aspects, notamment ceux relatifs à la technologie à adopter et les montages financiers, méritent clarification. La conférence-débat, qui a eu lieu lundi à Casablanca, s’apparente à un événementiel de communication plus qu’à un atelier de débat contradictoire. Le panel invité à cette rencontre n’a pas apporté plus ce que l’on sait déjà. En tout cas, le patron de l’Agence marocaine de l’énergie solaire -MASEN-, Mustapha Bakkoury, s’est contenté de rappeler l’ambition du Maroc de «produire 14% d’énergie solaire, soit 2.000 MW et de porter la production de l’électricité issue des énergies renouvelables à 42% à l’horizon 2020».
Devant un large parterre composé d’opérateurs industriels, d’investisseurs et de bailleurs de fonds nationaux et internationaux,  le président de la MASEN  a expliqué que ce projet suscite encore des questions d’ordre technique et financier. Les technologies de production du solaire demandent  en effet de grands investissements.  Les moyens scientifiques et techniques de stockage se traduisent par un surcoût, sans oublier le financement de la recherche-développement. M. Bakkoury  devait rassurer sur la portée stratégique du projet. Il y a, note-t-il, « un engagement fort de la part des pouvoirs politiques et une vraie volonté d’aller de l’avant ». Il a aussi annoncé que l’Agence a défini un cahier des charges fonctionnel dans le cadre de ce projet et un schéma institutionnel est en train d’être élaboré avant le lancement du projet.
Mustapha Bakkoury a rappelé que la MASEN a pour rôle la mise en œuvre opérationnelle de ce programme d’énergie solaire dans ses dimensions production énergétique et d’intégration industrielle et régionale, ainsi que le développement de la recherche et de la formation.
Pour rappel, cinq sites ont été identifiés pour le lancement de ce projet. Il s'agit des sites de Ouarzazate, Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour et Sebkhat Tah. Il va permettre d’économiser chaque année 1 million de TEP, soit près de 500 millions de dollars et d’éviter l’émission de 3,7 millions de tonnes de C02 par an. Un appel à manifestation d’intérêts sera lancé avant la fin de l’année 2010.

Hassan Bentaleb
Mercredi 17 Mars 2010

Lu 877 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs