Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Première phase des travaux de tramway : A quand le retour au calme à Casablanca ?




Première phase des travaux de tramway : A quand le retour au calme à Casablanca ?
La métropole casablancaise qui a troqué son projet de métro contre celui du tramway s'est lancée dans un projet de grande envergure : deux lignes, 30 kilomètres de rails, et une mise en service prévue début 2012. Le tramway reliera les grands pôles de la ville : universités, gares ONCF, centre-ville, quartiers des affaires, hôpitaux, Technoparc, nouveau pôle d’Anfa, etc. Les travaux ont débuté en 2009, ils sont toujours en phase de déviation des différents réseaux souterrains (eau, électricité, assainissement, télécommunications, entre autres). Il s’agit en effet de déplacer ces réseaux enterrés pour les réimplanter loin de la plateforme du tramway et libérer ainsi les espaces souterrains nécessaires  pour réaliser la plateforme et d’autres équipements du tramway et faciliter les opérations de maintenance et de réparation de ces réseaux pendant la phase d’exploitation du Tramway.
Pourtant, ces travaux menés dans de nombreux secteurs de la ville depuis une année, ne vont pas sans créer un certain nombre de désagréments à la fois au niveau du réseau routier mais aussi et surtout au sein de la population. C’est le cas des habitants du Boulevard Achohada à Hay Mohammadi où les travaux ont commencé en janvier 2010. Ils en ont ras-le-bol bien qu’ils ne manifestent pas ou peu. Fatima, 55 ans, femme au foyer : « J’en ai marre des travaux et je crois qu’ils ont beaucoup duré. Voilà plus d’un mois que je suis obligée de fermer les fenêtres pour ne pas laisser entrer les poussières mais je ne profite pas de la  lumière du soleil ». Même son de cloche du côté d’Ahmed, 33 ans, agent de sécurité : «Les travaux ne me dérangent pas. Je sais que c'est pour le nouveau tram et qu'on nous demande de la patience. Mais c'est facile de parler de patience quand on rentre de nuit fatigué et crevé  pour être accueilli aux premières heures du matin par des marteaux-piqueurs et les moteurs des pelles mécaniques. C’est horrible ». Pour Hassana, 28 ans, institutrice : « A cause des travaux, j’ai dû envoyer mon enfant chez ma mère, car il est allergique et son état s’est beaucoup détérioré à cause des poussières. J’étais obligée de faire des allers-retours pour le voir ».
   Les riverains ne sont pas les seuls à endurer ce calvaire, les chauffeurs et les gens qui empruntent quotidiennement ce boulevard ne cachent pas leur colère : "Les embouteillages permanents sont horribles, c’est pourquoi je suis obligé de traverser des rues étroites. Et là, il y a toujours des problèmes", a expliqué Reda, 35 ans, agent commercial. Radoune, de son côté, a indiqué que le vrai problème, c’est le stationnement. « Je dois laisser ma voiture loin de la maison et marcher  quelques kilomètres à pied. Ça fait un peu de sport, mais tous les jours, ça devient une vraie torture ». Pour sa part, Said, 44 ans, agent commercial, a expliqué que ses habitudes ont changé : « Avant je quittais la maison vers 8h00, maintenant, c’est à partir de 7h00 pour que je puisse arriver à l’heure. Ça fait une heure de sommeil de moins, mais on fait avec ».
Pour les chauffeurs de grands taxis reliant le centre-ville à Hay Mohammadi, c’est la galère. Les travaux d’aménagement leur ont  causé des charges supplémentaires. « Dès le démarrage des travaux, chaque jour me coûte 80 dirhams de plus pour la consommation  de gasoil », a déclaré Hamid. Certains d’entre eux n’ont pas hésité à augmenter les tarifs de leurs courses en passant de 4 à 6 dirhams au détriment des usagers fous de rage et désabusés.  
Pour Casa Transports, la société publique chargée de réaliser le projet de tramway de Casablanca, plusieurs mesures d’organisation de la circulation ont été prises en concertation avec les autorités concernées (Wilaya, commune urbaine et police). Il s’agit des déviations de circulation et des modifications de stationnement afin de faciliter la circulation dans la zone du chantier et donner accès aux piétons riverains et aux  commerces avoisinants, en attendant la fin des travaux. Mais d’ici là, les Casablancais devront prendre leur mal en patience. S’ils semblent ne pas supporter la situation  en juin 2010, qu’en sera-t-il dans les mois à venir ?

Hassan Bentaleb et Ahmed Laraki
Samedi 3 Juillet 2010

Lu 1277 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs