Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Première frappe américaine pour "défendre" des insurgés en Syrie





Recp Tayyip Erdogan n'envisage pas pour autant, de difficultés économiques sérieuses



Les Etats-Unis ont mené leur première frappe aérienne pour "défendre" un groupe rebelle en Syrie, a confirmé le Pentagone lundi.
Cette première frappe défensive américaine sur le territoire syrien a été menée vendredi et devait appuyer le groupe rebelle Nouvelle Syrie, selon un porte-parole du Pentagone, Bill Urban.
"Nous devons agir pour défendre le groupe Nouvelle Syrie, que nous avons entraîné et équipé", a assuré le porte-parole.
Un haut responsable gouvernemental avait annoncé que les Etats-Unis avaient bombardé des positions du groupe jihadiste Al-Nosra, en réponse à une attaque menée contre les rebelles entraînés par les Etats-Unis.
Un peu plus tôt, le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest avait indiqué que la Syrie "ne doit pas interférer" avec les actions des forces formées par les Américains pour combattre le groupe Etat islamique.
A défaut de quoi, "des mesures supplémentaires" pourraient être prises pour les protéger, a-t-il ajouté laissant planer la menace de frappes aériennes contre les forces du président Bachar al-Assad.
Washington signe ainsi le renforcement de son engagement dans la guerre civile qui déchire le pays depuis plus de quatre ans.
A la mi-juillet, au moins 54 rebelles armés et équipés par Washington sont entrés en Syrie. Ils sont le premier groupe d'insurgés, se faisant appeler la Division 30 et censés lutter contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie.
Un membre de cette nouvelle force constituée de rebelles syriens entraînés par l'armée américaine a vraisemblablement été tué dans des combats la semaine dernière, ont annoncé lundi des responsables américains, ce qui serait la première victime de cette nouvelle entité. Il a sans doute été tué dans des combats vendredi contre des membres supposés du Front al Nosra, branche syrienne d'Al Qaïda, ont indiqué ces responsables, qui s'exprimaient sous le sceau de l'anonymat.
Le Pentagone s'est refusé à tout commentaire pour "des raisons de sécurité opérationelle".
Ce premier mort a suscité la première frappe aérienne des Etats-Unis pour soutenir la nouvelle force syrienne. A ce moment-là, l'armée américaine avait dit que l'attaque avait été repoussée et n'avait pas fait mention de victimes au sein de la force entraînée par ses soins.
Dimanche, des responsables américains ont indiqué que les Etats-Unis avaient décidé d'autoriser les frappes aériennes pour défendre les rebelles syriens formés par l'US Army, même dans le cas où les attaquants seraient issus des forces loyales au président syrien Bachar al Assad.
Les frappes aériennes américaines en Syrie étaient jusqu'ici concentrées sur des cibles liées à l'Etat islamique (EI).
Le Pentagone a indiqué lundi que l'armée américaine avait commencé à faire voler son premier drone armé à partir de la Turquie le week-end dernier. Il n'y a pas encore eu de frappes aériennes pour l'instant.

Libé
Mercredi 5 Août 2015

Lu 207 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs