Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Première conférence annuelle à Londres sur les investissements au Maroc : Le Royaume veut un partenariat stratégique avec la City




La première conférence annuelle sur les investissements au Maroc s’est ouverte lundi à Londres avec la participation d’une importante délégation ministérielle marocaine.
Organisée conjointement par l’ambassade du Maroc en Grande-Bretagne et le département du Lord Maire de la City (quartier financier de Londres), la conférence examinera plusieurs questions relatives, notamment, à la croissance économique au Maroc dans une conjoncture internationale difficile, le développement des secteurs industriels marocains et les opportunités offertes par le Maroc dans le domaine de l’énergie.
La délégation marocaine à cette conférence comprend, outre l’ambassadeur du Maroc au Royaume-Uni, Chrifa Lalla Joumala Alaoui, Taïb Fassi Fihri, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des Finances, Ahmed Réda Chami, ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, Mme Amina Benkhadra, ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement et Serge Berdugo, ambassadeur itinérant de SM le Roi.
Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération a souligné, dans un communiqué publié par l’ambassade du Maroc à Londres, que “le Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, continue de moderniser ses fondements économiques, encourager les nouvelles compagnies, consolider ses relations économiques et enrichir nos liens d’amitié avec les grandes puissances comme leRoyaume-Uni”.
“En tant que Monarchies Constitutionnelles, nos deux pays partagent une longue histoire de paix et d’objectifs communs”, a fait observer Taïb Fassi Fihri.
De son côté, le ministre de l’Economie et des Finances a relevé que le Maroc, grâce à une gestion économique saine et une régulation prudente du secteur financier, a été épargné par les effets les plus néfastes de la crise économique mondiale.
“Nous devrons enregistrer en 2009 une croissance du Produit intérieur brut (PIB) réel de l’ordre de 5 %, une croissance tirée par un renforcement continu de la production du secteur manufacturier et les exportations”, a poursuivi M. Mezouar.
Pour le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Technologies de l’Information, la position stratégique unique du Maroc, les accords de libre échange conclus par le Royaume notamment avec l’Union européenne et les Etats-Unis, offrent des avantages compétitifs indéniables, notamment au niveau du nearshoring manufacturier et des services.
Le Maroc qui a su développer un savoir-faire financier indéniable comme en témoigne la présence de plus en plus remarquable des banques marocaines dans plusieurs régions, en particulier en Afrique, a tout à gagner d’un partenariat stratégique avec la City.
Un tel partenariat ne manquera pas de contribuer à la concrétisation de l’objectif déjà affiché de faire de la place financière casablancaise un hub de la finance dans la région.
Cette dimension a été mise en exergue dans une récente analyse du cabinet londonien d’intelligence économique, Oxford Business Group (OBG), qui a relevé que la Bourse marocaine, qui “a dépassé celle d’Egypte, devenant ainsi la Bourse la plus importante du continent après la Bourse de Johannesburg, en Afrique du Sud”, ambitionne d’attirer de nouvelles sociétés dans les années qui viennent.
Un tel objectif correspond, selon OBG, à l’effort déployé par le gouvernement pour moderniser le marché financier et faire du Maroc une place financière de l’Afrique.
La conférence de Londres et les rencontres qui auront lieu à cette occasion viennent, ainsi, à point nommé pour faire avancer les discussions déjà entamées avec les responsables de la City dont le Lord Maire Alderman Ian Luder, au sujet du partenariat entre Londres et Casablanca.
Le Lord Maire avait exprimé, lors d’une visite en janvier dernier au Maroc, la disposition de la City à développer des projets de partenariat avec le Maroc dans le secteur des finances, tout en soulignant que la communauté d’affaires britannique suit de très près la croissance rapide que connaît l’économie marocaine.
La volonté politique des deux pays de progresser dans cette direction n’étant plus à démontrer, toutes les conditions sont désormais réunies pour que Londres et Rabat passent à la vitesse supérieure pour concrétiser un partenariat qui ne peut qu’être bénéfique aux deux pays amis. 

MAP
Mardi 10 Novembre 2009

Lu 261 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs