Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Premier poète arabophone à se voir remettre ce prix : Adonis reçoit le prix Goethe à Francfort




Le poète d'origine syrienne Adonis a reçu le prix Goethe, dimanche à Francfort, l'une des récompenses les plus prestigieuses du monde de la poésie décernée tous les trois ans en Allemagne à un poète pour l'ensemble de son œuvre. Le prix Goethe est systématiquement remis un 28 août, jour de l'anniversaire de la naissance de Goethe.
A 81 ans, Adonis devient le premier poète arabophone à se voir remettre ce prix.
Le poète syrien Adonis, défenseur d'une pensée libérée du poids de la tradition religieuse, avait été déclaré lauréat du prix en mai dernier. "Le comité de sélection considère Adonis comme le poète arabe le plus important de sa génération et il lui a attribué ce prix en raison de son œuvre cosmopolite et de son apport à la littérature internationale", ont écrit les autorités allemandes dans un communiqué. "Adonis a diffusé les idées européennes modernes dans les cercles culturels arabes", a précisé le jury pour expliquer son choix.
Adonis, Ali Ahmed Saïd Esber de son vrai nom, est né en 1930 dans le village montagneux de Qassabin, près de Lattaquié, ville syrienne des bords de la Méditerranée. Il a fui son pays pour le Liban après avoir été emprisonné pour des raisons politiques. Adonis a, ensuite, quitté le Liban en guerre, dans les années 1980, pour s'installer en France.
Il est l'auteur de nombreux ouvrages de poésie et de critiques littéraires en arabe et en français. Il fait partie de la minorité alaouite, au pouvoir en Syrie.
Ce prix lui est attribué alors que la Syrie est en proie à un mouvement de contestation du régime de Bachar el-Assad, à l'image des révoltes populaires dans de nombreux pays arabes. Le poète syrien a, d'ailleurs, récemment appelé le président Assad à démissionner tout en demandant à l'opposition d'adopter une idéologie strictement laïque.
"Le président Assad devrait faire quelque chose. Si j'étais à sa place, je quitterais la présidence", a indiqué Adonis dans un entretien publié le 5 août dernier par le journal koweïtien Al-Raï. Ce poète, l'un des plus grands poètes arabes vivants, avait déjà appelé en juin, dans une lettre ouverte, le président à arrêter la répression sanglante en Syrie et à "remettre la décision au peuple".

L’Orient le jour/Agences
Mercredi 31 Août 2011

Lu 532 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs