Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Poutine et Tsipras dopent leur coopération économique, un mois avant la décision de l'UE sur les sanctions

Une visite de travail qui s'inscrit dans le cadre de l'année Russie-Grèce organisée par les deux pays




Poutine et Tsipras dopent leur coopération économique, un mois avant la décision de l'UE sur les sanctions
Le président russe Vladimir Poutine a conclu des accords de coopération économique avec Athènes vendredi, lors de sa première visite bilatérale en plus d'un an dans un pays de l'UE, laquelle doit décider le mois prochain de proroger ou non ses sanctions imposées à Moscou dans la foulée du conflit ukrainien.
A l'approche de cette décision, la Russie fait pression à son tour en menaçant de prolonger jusqu'en 2017 son embargo alimentaire décrété en rétorsion, et responsable d'un important manque à gagner pour les agriculteurs européens.
Le président russe, qui s'était rendu en février 2015 en Hongrie, est arrivé vendredi en Grèce alors que les relations restent tendues avec l'UE.
L'Italie et la Hongrie ont déjà émis des réserves sur la reconduction des sanctions imposées en 2014, amenant le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, à reconnaître jeudi qu'elle serait "plus difficile" cette année.
Vendredi, M. Steinmeier a envisagé la possibilité de lever "graduellement" ces mesures si des progrès étaient réalisés "d'ici fin juin" dans l'application des accords de Minsk sur le conflit ukrainien.
Un peu plus tôt, le G7 réuni au Japon semblait plus ferme, réitérant que les sanctions pourraient être levées "quand la Russie aurait rempli" les engagements de Minsk, mais qu'elles pourraient être aggravées dans le cas contraire.
Poutine s'est refusé à réagir à cette prise de position lors d'un point de presse vendredi soir avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras.
"La question des sanctions n'est pas notre problème, nous ne les avons pas imposées, nous avons pris des mesures pour y répondre. Dès qu'elles seront levées nous ferons les pas analogues envers nos partenaires", s'est-il limité à déclarer.
Jeudi dans une interview au quotidien grec Kathimerini, il avait estimé que les relations entre l'UE et la Russie "ne connaissent pas de problème qui ne puisse être résolu".
La Grèce d'Alexis Tsipras, pour sa part, a d'excellentes relations avec Moscou. Mais Athènes, qui continue à jouer une partie serrée avec ses créanciers européens, n'a pas l'intention de se dissocier du vote général sur la prolongation des sanctions.
Vendredi soir, M.Tsipras a ainsi souligné que "la Grèce appartient à l'UE et respecte absolument ses engagements envers les organismes internationaux auxquels elle appartient". "Il n'en a pas moins dénoncé le "cercle vicieux" actuel "de sanctions, de militarisation et de rhétorique de guerre froide", avant d'indiquer que la Grèce pouvait jouer le rôle de "pont d'amitié et de coopération" entre la Russie et l'UE, et entre la Russie et l'Otan.
Les relations de Moscou avec l'Alliance se sont encore tendues après le déploiement d'éléments du bouclier antimissile américain en Roumanie.
Les sanctions, qui portent sur des domaines précis, n'ont pas empêché Russie et Grèce vendredi de signer "un gros paquet d'accords" selon la traduction en grec des propos de M. Poutine, portant notamment sur la coopération énergétique et le tourisme russe en Grèce.
Poutine a aussi évoqué l'intérêt russe pour la privatisation des chemins de fer grecs et du port de Thessalonique. "La Russie a besoin de s'aligner sur la Chine qui est en train de s'acheter un véritable collier de perles de ports" européens, dont celui grec du Pirée, a remarqué Ioannis Mazis, professeur de géopolitique à l'Université nationale d'Athènes.
En référence implicite aux réticences possibles de l'UE devant de tels investissements russes, M. Tsipras a espéré que les appels d'offres ne se heurteraient pas "à des obstacles artificiels, des approches phobiques et seraient traités équitablement". "La Grèce a besoin d'investissements", a-t-il relevé.
Sept ministres, et les PDG des deux géants russes du gaz et du pétrole, Gazprom et Rosneft, figurent dans la délégation.
Au moment où la Grèce, dont les relations avec ses créanciers se sont nettement apaisées ces derniers mois, "tourne la page de l'incertitude et peut voir avec optimisme les perspectives de relance", "le renforcement de nos relations est un choix stratégique", avait déclaré auparavant Tsipras à Poutine.
Cette visite de travail s'inscrit dans le cadre de l'année Russie-Grèce organisée par les deux pays et intervient à l'occasion des cérémonies de célébration du millième anniversaire de la présence russe dans la communauté religieuse du mont Athos (nord), haut-lieu de la religion orthodoxe commune aux deux pays.

Mardi 31 Mai 2016

Lu 410 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs