Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Poursuivi pour vente de médicaments périmés à Settat : Un pharmacien écope de 5 ans de prison et d’une privation définitive d’exercer




Le procès a fait sensation, tellement l’affaire était grave. Il vient de trouver son terme du moins au niveau du tribunal  de première instance de la ville de Settat. Said Bouaamri, le pharmacien réputé pour avoir commercialisé des médicaments périmés, a été condamné à 5 ans de prison ferme, à une amende de 5 mille DH et à verser 75.670 DH à l’Administration des douanes, le tout assorti d’une  privation définitive  d’exercice.
Il a été poursuivi pour vente de médicaments périmés, commercialisation de substances nocives pour la santé publique,  possession et commercialisation d’équipements médicaux périmés, outrage à la police judiciaire en lui communiquant des données fausses, vente de produits d’utilité publique, possession de marchandises sans autorisation, non-respect des procédures d’admission temporaires des moyens de transport et d’exercer, sans autorisation,  une profession encadrée par la loi et fraude.
Rappelons que l’article 102 de loi  no 17-04 portant Code du médicament et de la pharmacie indique que « l’autorisation d’exercice est retirée au pharmacien selon le cas, par le Conseil de l’Ordre des pharmaciens ou par l’administration à la suite d’une condamnation pénale ou civile définitive encourue pour faits préjudiciables à la santé d’autrui ou pour infractions aux dispositions de la présente loi et des textes pris pour son application ou celles de la législation relatives aux substances vénéneuses ». Selon toujours ladite loi, l’autorisation est retirée par l’administration à la suite « d’une sanction disciplinaire de radiation devenue définitive.
Deux autres personnes, un conducteur d’ambulance et le gardien du centre hospitalier Hassan II de Settat, poursuivies dans la même affaire, ont été condamnées respectivement à trois et deux ans de prison ferme.
Le pharmacien a été arrêté, au cours de la première semaine de janvier, suite à une plainte déposée par le Syndicat des pharmaciens de la ville.
Contacté par Libé, l’un des membres du Syndicat des pharmaciens de Settat nous a précisé que ce jugement force plusieurs interrogations quant à la question de la protection de la santé des citoyens. Surtout que le secteur des dispositifs médicaux souffre d’une absence de réglementation efficiente et d’une obligation de traçabilité depuis l’importation jusqu’à la distribution. 

LARBI BOUHAMIDA
Mercredi 1 Février 2012

Lu 989 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs