Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Poursuite du redressement des équilibres macroéconomiques

Note d’orientation du PLF 2017




La poursuite du redressement des équilibres macroéconomiques et la réduction du déficit budgétaire à 3% figurent parmi les priorités du projet de loi de Finances 2017, selon la note d'orientation adressée par le chef du gouvernement aux départements gouvernementaux concernés et relayée par l’agence MAP.
Pour réaliser cet objectif, le gouvernement continuera sa politique d'équilibre budgétaire, d'un côté et œuvrera pour moderniser les méthodes d’élaboration et d’exécution du budget d’un autre côté tout en renforçant l’efficacité de la dépense publique et la mise en place des mécanismes d’évaluation des politiques publiques.
Dans ce cadre, une nouvelle approche de gestion des projets d’investissements publics sera instaurée à partir de 2017, fondée sur la mise en place des critères exacts et unifiés pour la sélection des projets, le suivi de leur réalisation et l’évaluation de leur impact.
Ces projets doivent disposer des études préliminaires fixant de manière scientifique leur impact économique et social, leur budget, la durée de réalisation et les moyens de financement. Ces critères doivent fixer également le degré d’harmonie avec les stratégies sectorielles.
Sur cette base, une banque intégrée des projets d’investissement sera élaborée, comportant les ressources de financement desdits projets, leur répartition géographique et leur impact politique et social avec des indicateurs chiffrés.
Ainsi, les départements ministériels et les établissements sont appelés à participer à la réussite de ce projet qui permettra d’encadrer l’effort d’investissement public et renforcer son efficacité.
Quant aux dépenses d’investissement, le gouvernement donne la priorité notamment aux programmes et projets objets de conventions signées par S.M le Roi ou avec des établissements internationaux ou des bailleurs de fonds et aux projets en cours de réalisation.
Concernant les établissements et entreprises publics bénéficiaires de subventions, ils doivent se conformer aux orientations relatives à l’élaboration du budget général de l’Etat.
Mettre l'accent sur
l'industrialisation et l'export
Le même document appelle, par ailleurs, à mettre l'accent sur l'industrialisation et l'export, en augmentant la cadence de mise en œuvre du plan national d’accélération industrielle.
Ainsi, recommande-t-il de développer les secteurs exportateurs, tels que le textile, les industries manufacturières liées à l'agroindustrie et à la pêche maritime, ainsi que l’industrie pharmaceutique, mécanique, des phosphates et d'artisanat.
Pour ce faire, ledit document souligne l'importance de développer les systèmes industriels, d'accorder une importance particulière au renforcement de l’intégration et à l’augmentation de la valeur ajoutée et de consolider l’appropriation des capacités industrielles à l’échelle nationale à travers la compensation industrielle.
En outre, il recommande de garantir l’ensemble des mécanismes d’accompagnement sur le plan financier, des infrastructures, de la logistique et du foncier, de qualifier les ressources humaines à travers la formation et la formation continue et de développer le partenariat public-privé.
Ladite note met également l'accent sur la nécessité de saisir les opportunités offertes par les accords de libre-échange, signés entre le Maroc et plusieurs pays et groupes économiques, et de raffermir les mécanismes de la diplomatie économique, fondée sur la diversification des partenariats, à travers le renforcement des partenariats stratégiques avec les pays du Conseil de coopération du Golfe et du partenariat solidaire Sud-Sud avec les pays et groupes de l’Afrique subsaharienne tout en veillant au renforcement des partenariats stratégiques traditionnels avec la France, l'Espagne et l’Union européenne, ainsi que sur l’ouverture sur des grands espaces économiques comme la Russie, la Chine et l’Inde.
En parallèle, l’accélération du processus de transformation structurelle de l’économie nationale est étroitement liée à la mise en valeur et au développement des efforts déployés dans le cadre du Plan Maroc Vert, visant à diversifier la valeur ajoutée agricole, diminuer sa vulnérabilité face aux conditions climatiques, booster les investissements agricoles et à encourager l’agriculture solidaire.
Elle dépend également de la poursuite du développement du secteur des services et son orientation vers des activités à haute valeur ajoutée.

Consolider les mécanismes
de la gouvernance institutionnelle
La même note d’information préconise, en outre, le renforcement des mécanismes de la gouvernance institutionnelle se veut une base essentielle pour la gestion des politiques publiques et son orientation en faveur de la réalisation des objectifs escomptés en termes de développement économique et la répartition équilibrée de ses fruits au profit de toutes les catégories de la société et l'ensemble des zones du Royaume.
Il faut également veiller à la mise en œuvre rapide de la déconcentration administrative de manière à garantir la cohérence et l’efficacité des interventions de l’Etat et des collectivités territoriales et contribuer au renforcement de la dynamique de l’émergence des pôles régionaux et en faire une locomotive de développement économique et d’inclusion sociale.
Par ailleurs, le chef du gouvernement a mis l’accent sur la nécessité de renforcer la dynamique des réformes structurantes, notamment, en entamant la mise en œuvre de la réforme des retraites, en particulier, en ce qui concerne la réforme paramétrique du régime des retraites civiles.
Dans le cadre du dialogue avec l’ensemble des partenaires économiques et sociaux, il recommande d’entamer la réforme structurante vers un système à deux pôles, l’élargissement progressif de la couverture sociale au profit des non-salariés dont les employés indépendants et les professionnels, outre la consolidation des mécanismes de gouvernance et la gestion efficiente et transparente des réserves des caisses, a relevé le chef du gouvernement.
Il a, de même, mis en évidence la nécessité de poursuivre la réforme de la Caisse de compensation et d'orienter les marges financières qu'elle offre vers la consolidation de programmes ciblant les catégories précaires et l'appui à l'investissement dans les infrastructures de base et les secteurs générateurs d'opportunités d'emploi.

Jeudi 11 Août 2016

Lu 1407 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs