Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pourquoi les sièges d’avion sont-ils si mal conçus?




Pour un ingénieur en aéronautique, la conception d’un avion est une question d’aérodynamique, de capacités de vol, de résistance des matériaux, de consommation de carburant, etc. Mais pour la plupart d’entre nous, ce sont surtout les sièges qui priment.
Concevoir un siège confortable ne se limite pas à trouver les bonnes dimensions, les bons angles ou à savoir mettre le rembourrage aux bons endroits. Il s’agit également de s’adapter à la motilité du passager ou, pour le dire plus simplement, il faut lui permettre de changer de position de temps à autre.
Rester totalement immobile est inconfortable par nature. Pourtant, c’est précisément ce que nous faisons dans l’avion en restant assis dans la même position des heures durant. C’est pourquoi la conception de fauteuils d’avion est un tel casse-tête, d’autant qu’il faut ajouter à cela la nécessité d’y inclure des rangements, un écran TV et un éclairage. Les sièges des avions ne sont pas fournis avec l’appareil: ils sont construits à part pour les compagnies aériennes, par des sociétés telles que Weber aux États-Unis, Contour en Grande-Bretagne ou Recaro en Allemagne.
Depuis que les sièges des avions semblent voués à une seule et unique tâche, à savoir caser le plus grand nombre de passagers possible –façon boîte de sardines–, on ne discute plus du design des sièges (le site SeatGuru propose des conseils pratiques à propos des meilleurs et des pires sièges proposés par les compagnies aériennes). Qu’en est-il des places affaires? Ayant récemment voyagé en classe affaires sur plusieurs vols transatlantiques US Airways. On a remarqué certaines innovations positives dans la conception des sièges: un crochet pour accrocher sa veste, au lieu de l’écraser dans le compartiment à bagages du dessus, et un porte-bouteilles afin de garder à disposition une bouteille d’eau (que tout le monde semble consommer en grande quantité durant les vols).
Les compagnies aériennes devraient peut-être songer à embaucher de nouveaux designers pour concevoir leurs sièges. Aux débuts de l’aviation, le grand designer industriel Raymond Loewy avait travaillé aussi bien sur l’hélicoptère Alouette que sur l’intérieur du Air Force One de John F. Kennedy. Walter Dorwin Teague, dont on se souvient surtout pour l’appareil photo Kodak Brownie, avait conçu l’intérieur du Boeing 377 Stratocruiser. Et Henry Dreyfuss, designer du célèbre téléphone Bell 300, avait dessiné les intérieurs du Lockheed Super Constellation (surnommé «Super Connie») et, plus tard, du Boeing 707.
Pour le Super Connie, Dreyfuss avait divisé le long fuselage de l’avion en «cabines» grâce à des panneaux de bois et installé un «salon» au milieu de l’avion, avec canapés et fauteuils. Les premières classes avaient droit à des tables avec lampes. L’idée était de faire du vol une expérience plus «familière». Pour le 707, premier avion de ligne à réaction produit par les Etats-Unis, Dreyfuss avait conçu des sièges qui augmentaient fortement l’espace de stockage en-dessous.

Slate.fr
Mardi 14 Juin 2011

Lu 335 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs