Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pourquoi il y a plus de morts massives d’animaux que jamais auparavant ?




Pourquoi il y a plus de morts massives d’animaux que jamais auparavant ?
Selon une étude de l'Université de San Diego, la mortalité massive (brusque) de certains animaux a augmenté chaque année, durant les sept dernières décennies. Cette mortalité massive, qui peut tuer plus de 90% d'une même espèce, est en augmentation chez les oiseaux, les poissons et les invertébrés marins. Comment peut-on expliquer ce phénomène grandissant ? Quelles en sont les causes ?
Gilles Bœuf : Le travail de cette étude confirme les travaux déjà publiés par WWF qui a étudié 2000 populations animales différentes. Rien que durant ces quarante dernières années, nous avons constaté une diminution importante et inquiétante du nombre d'individus dans les populations animales et végétales. Tous les travaux scientifiques le démontrent, il y a une chute de perte des animaux dans l'océan global notamment. Attention cependant à ne pas confondre l'exctinction d'une espèce animale et la disparition du nombre des individus qui la composent, même une disparition trop rapide et grandissante peut amener au déclin d'une espèce. Les quatre raisons qui expliquent ce phénomène sont notamment dues à l'homme :
On constate une destruction des écosystèmes côtiers (les hommes y font des villes, des ports, les côtes sont bétonnées). C'est un phénomène très présent en Méditerranée qui est la mer la plus touchée en Europe par la destruction du littoral. Le deuxième aspect qui est lié avec le premier c'est la pollution, qui n'est pas que côtière. La pollution des mers est également due à ce qui est ramené par les fleuves sur les côtes. Nous savons que l'océan global a été pollué entièrement (ce que l'on constate par l'existence d'un océan de plastique en plein milieu de l'océan pacifique, au large des côtes). Ces deux pollutions expliquent les deux tiers de la pollution marine.
L'exploitation des stocks est également une cause. Nous pêchons trop au risque d'assécher les ressources marines renouvelables, qui sont le propre de la vie. La surpêche consiste à dépasser les seuils de capacité des fosses marines à se régénérer. Prenez l'exemple du thon rouge. En 2000, on constate une augmentation du nombre de restaurants japonais, le prix du thon rouge passe de 3 à 100 euros le kilo. On a éradiqué entre 2000 et 2007, 83% de la population des thons rouges. Une diminution qui peut découler sur l'exctinction du thon. Heureusement, plusieurs règlements ont réussi à sauver le stock de thon avant qu'il ne disparaisse complètement.
Troisième raison, c'est la dissémination d'espèce dans tous les coins de l'océan, notamment à cause du traffic maritime marchand. Les grands bateaux marchands européens, pour ne pas faire leur route avec des soutes vides, les remplissent d'eau de mer. Lorsqu'ils vont chercher du pétrole en Orient pour remplir leur stock, ces bateaux déchargent l'eau présente dans leur soute, pleine de bactérie, de plancton et de microsystème dans une mer dans laquelle ils n’ont pas l'habitude de vivre. Ce qui a une incidence directe sur la disparition des espèces locales en mer.
Enfin, le dérèglement climatique est une cause notoire. Il entraîne un changement de température brusque, ce qui oblige les espèces marines à migrer, pour vivre dans des climats plus adéquats. Même si la planète a connu de nombreux épisodes de changement climatique, de réchauffement, certains animaux ne résistent pas aux dérèglements climatiques lorsqu'ils sont trop rapides car ils n'ont pas le temps de s'y habituer. Par ailleurs, avec l'augmentation de la température de la terre, cela crée une augmentation de la masse d'eau de la mer, ce qui induit une montée du niveau de l'eau. A cela doit s'ajouter la fonte des glaciers. Ce dérèglement climatique est également une conséquence des émissions de gaz carboniques par l'humain qui augmente le degré d'acidité des océans, ce qui ne s'était pas produit depuis des millénaires. Le CO2 est rejeté pour moitié dans l'atmosphère et pour moitié dans les océans. Certes, s'il y a moins de CO2 dans l'atmosphère, il y a moins de gaz à effet de serre et moins d'effet sur le climat, mais la mer reste autant polluée. Elle diffuse elle-même du gaz carbonique.

Atlantico.fr
Samedi 24 Janvier 2015

Lu 616 fois


1.Posté par Anne-Marie le 28/01/2015 11:58
La paresse ou la recherche de ce qu'il y a de plus "rentable" (puisque c'est l'argent qui domine le monde) implique des comportements scandaleux pour les vivants. 70 ans que nous avons découvert que l'homme était capable d'éradiquer une population industriellement. Ils ont dit "plus jamais ça" mais ils ne se sont pas remis en question. Ils n'ont pas interrogé l'intention qui sous-tend l'économie, celle de l'exclusion, et voici ce que ça donne. Pourtant J. Rostand l'avait demandé à la tribune de l'ONU. Nous n’avons pas le choix, il nous est imposé de considérer une nation comme une personne. Que nous soyons choqués par le mépris de Goodluck Jonathan ou du gouvernement mexicain pour leurs populations ne nous regarderait pas.
C'est ne pas tenir compte du changement de conscience. Les " outils" ou constructions, tout ce que nous avons créé depuis le départ de l’Évolution (les lois, l'argent, les institutions, les techniques, les savoirs, etc.) devraient être au service des vivants. Non, je ne trouve pas logique le fait que, parce qu'on est le plus vieux, ou parce qu'on est le plus fort, ou le plus riche, ou le plus connu ou le plus cultivé, ou, ou, ou ... , on exclu les autres. Peut-être que ça s'est toujours fait, je ne veux pas le savoir. Maintenant, plus question d'exclusion, un être humain ne devra plus avoir à se justifier d'être sur la terre. Ce seront les outils qui devront répondre à ses besoins. La planète et ses vivants ont besoin de toute l'attention des autres vivants. Voici ce que demandait Rostand en 1953 : J’ignore quel sera le système d’économie le plus apte à assurer l’équitable distribution des biens matériels et spirituels ; mais je suis à peu prés sûr que l’époque ne peut plus être lointaine où l’on s’étonnera que durant tant de siècles, tant de choses aient pu rester le privilège de si peu de gens, et que la société ait pu se partager en groupes si inégalement traités qu’on y différait, par le quotient intellectuel, par la résistance aux maladies, par le taux de criminalité.
1953 les camps d'Auschwitz étaient connus et nous savions ce dont nous étions capables, c'est pour ça que je dis "paresse", maintenant c'était peut-être de l'inconscience. Qu'importe, il ne faut plus perdre une minute.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs