Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pourparlers annulés entre les deux Corées

Pyongyang rejette la faute sur son voisin du Sud




Pourparlers annulés entre les deux Corées
La Corée du Nord a rejeté sur la Corée du Sud la responsabilité de l'annulation des pourparlers de haut niveau qui devaient se tenir entre les deux voisins, et prévenu que les perspectives d'un dialogue étaient sérieusement entamées.
Une délégation nord-coréenne devait traverser mercredi matin la frontière militarisée et se rendre à l'hôtel Grand Hilton de la capitale sud-coréenne, pour des discussions de deux jours. Ces négociations auraient été les premières depuis six ans à un niveau ministériel.
Mais le rendez-vous a été annulé mardi soir sans que l'on sache s'il avait été simplement différé ou annulé.
Les deux pays ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur la composition des délégations, la Corée du Nord ayant fait savoir que le chef de la délégation sud-coréenne "lui posait problème", selon un responsable gouvernemental sud-coréen sous couvert de l'anonymat.
Le Nord réclamait une personnalité de plus haut rang que celle choisie par Séoul pour conduire la délégation sud-coréenne. Séoul a souligné que le vice-ministre désigné était du même rang que le chef de la délégation nord-coréenne et que Pyongyang devait accepter les normes diplomatiques internationales. Les analystes notaient mercredi que cette annulation soudaine soulignait la difficulté d'établir un début de confiance sur la péninsule divisée en deux depuis  six décennies.
Selon les experts chargés de deviner les ressorts de la Corée du Nord, un des pays les plus reclus et isolés de la planète, le régime de Pyongyang s'inquiète tellement de sa solidité qu'il refuse d'offrir la moindre concession.
Les attentes étaient minimes, mais la Corée du Sud, ses alliés et les puissances régionales, Chine et Japon en tête, se réjouissaient de voir Pyongyang désireux de renouer le dialogue, après des mois de tensions militaires qui n'ont cessé de croître depuis l'arrivée au pouvoir du jeune Kim Jong-Un fin 2011.

AFP
Vendredi 14 Juin 2013

Lu 101 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs