Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour une bourgeoisie citoyenne




De l’Indépendance à nos jours, en passant par « la marocanisation », le plan d’ajustement structurel et la campagne d’assainissement, les rapports entre la classe entrepreneuriale dite « bourgeoisie » et le pouvoir ont été fructifiés au fur et à mesure de l’évolution économique du Royaume et des besoins de l’Etat d’un secteur privé. La réforme constitutionnelle et l’exigence de l’édification de l’Etat de droit, nous imposent plus que jamais de disposer d’une classe d’entrepreneurs citoyens, totalement inscrits dans le processus de démocratisation du pays et notamment dans son volet économique. Il faut dire tout d’abord que le Maroc n’a connu vraiment l’apparition d’une classe entrepreneuriale qu’après l’avènement de l’Indépendance,  qui a révélé le grand besoin de constituer une classe d’hommes d’affaires qui pourraient prendre la relève de leurs homologues français. La naissance donc de cette classe d’entrepreneurs est en premier  lieu le résultat de conditions politiques ayant favorisé le transfert du pouvoir économique détenu auparavant par les Français aux nationaux. Un constat qui sera renforcé par l’opération de « marocanisation » amorcée en 1973 dans le cadre d'un plan économique intégré, et qui visait la récupération des industries, commerces et terres agricoles par les nationaux, avec une limitation de la participation des étrangers au capital des sociétés marocaines. Une classe d’entrepreneurs a donc vu le jour dans le Maroc moderne, non pas suite à une dynamique économique ou sociale, mais plutôt « grâce » à une politique publique de l’Etat post-Protectorat visant à assurer le contrôle total de l’activité économique soit directement, à travers les structures publiques, ou indirectement via les « nouveaux entrepreneurs » marocains.
Cette affinité entre pouvoir politique  et « bourgeoisie » n’est pas étrangère à cette dernière au regard de son histoire un peu lointaine. Il faut dire dans ce sens que ce qu’on qualifie actuellement de «bourgeoisie», est en vérité une «bourgeoisie opprimée» qui porte, surtout dans sa grande composante d’origine andalou-fassie, les séquelles de la Reconquista espagnole. Cela a fait de l’alliance avec le pouvoir politique en place une priorité pour les générations qui vont suivre, dans le seul et unique but : préserver les intérêts économiques et  entretenir l’accumulation du patrimoine familial loin de tout projet économique, politique ou social. Cela dit, et en raison de l’histoire, de la formation et du développement de cette classe d’entrepreneurs, ses activités tournaient autour de la spéculation immobilière, des activités rentières, éventuellement quelques industries de transformation et portaient rarement sur des secteurs productifs, créateurs de valeur et de richesse. Cet état de fait soulève un problème conceptuel et une question de pertinence du concept de « bourgeoisie » et de son applicabilité  à notre élite économique post-coloniale. Une bourgeoisie est par essence une classe sociale porteuse de projet politique, économique et idéologique…peut-on donc parler de bourgeoisie, et encore de bourgeoisie citoyenne dans le cas marocain ? A partir des éléments historiques, politiques et économiques cités plus haut, on dirait qu’on est plutôt en présence d’un groupe de personnes qui ont accumulé des richesses pendant et après le Protectorat et qui n’ont jamais été guidées  par une vision nationale ou un projet de société permettant un développement économique et social et une démocratisation des institutions. Au contraire, on a assisté tout au long des années d’Indépendance au développement  d’une « bourgeoisie » liée au pouvoir et aux intérêts étrangers, et dépourvue de tout sens national et incapable de proposer un projet, une vision…
Partant de là, l’exigence de réforme politique qu’impose la nouvelle Constitution, implique dans son sillage une réforme d’ordre économique qui ne peut aboutir que si notre « bourgeoisie » devient citoyenne et par voie de conséquence s’engage dans ce grand projet national de l’édification  d’un Etat de droit.  La « bourgeoisie » marocaine devrait faire des valeurs de patriotisme, de citoyenneté, de respect du droit et des institutions, de la prise de risque et de refus des situations de rente, ses valeurs d’avenir. La citoyenneté de la bourgeoisie devrait  donc se traduire dans ses actes par le respect de la loi, et la lutte contre tous les avantages et privilèges  fondés sur des critères de proximité avec les centres de pouvoir. La citoyenneté de la « bourgeoisie »  passe aussi par sa participation à la lutte contre toutes les formes d’activités rentières et non productives,  et l’orientation de l’investissement national en direction des secteurs créateurs de valeur, de richesse et d’emploi.
L’engagement pour ces valeurs est synonyme d’un engagement pour la lutte contre la corruption, la rente, la bureaucratie et la déviance contre l’initiative créative et innovante. Un tel engagement ne peut que déboucher sur une nouvelle configuration de la « classe » d’entrepreneurs marocains, capable de produire un positionnement social et politique, solide et cohérent, vis-à-vis du pouvoir de l’Etat, et consciente de son rôle de locomotive de l’économie nationale, et de sa responsabilité d’acteur incontournable dans l’accompagnement des projets structurants du Royaume.
Une bourgeoisie citoyenne est finalement  une bourgeoisie qui gagne, qui accumule mais dans la légalité, la transparence, la responsabilité et l’engagement patriotique.

 * Economiste et professeur à l’Université Hassan II, Mohammedia

Par Otmane Gair *
Jeudi 19 Janvier 2012

Lu 577 fois


1.Posté par DRISSI le 19/01/2012 17:32
C'est de ce genre de sujets et d'analyses que nous jeunes, étudiants et instruits avons besoins. Les entrepreneurs "bourgeois" prennent alors conscience de leur dette envers leur pays. Les citoyens sauront militer pour un nouveau entreprenariat productif, createur de richesses, poussant la croissance et le developpement du pays. Le rôle de l'USFP maintenant qu'il est dans l'opposition politique, c'est de travailler à amener les marocains à prendre conscience de toutes les vérités qui constituent leur situation économique, sociale et culturelle, de dire aux jeunes toutes les histoires politiques depuis l'indépendance qui ont fait le Maroc actuel . Il n'y a personne pour le faire à sa place, parce que l'USFP n'est ni rentier, ni opportuniste, ni en dette envers le Makhzen, c'est à mon avis ce dont les marocains ont vraiment besoin et non pas des slogans superficiels des islamistes, des populistes, et autres obsocurentistes. La place de l'USFP c'est le parti de la lumiere, de la conscience, de la veritable connaissance, nous l'aimons ainsi, il fait vibrer en nous les cordes de la connaissance, de la lumiere, de la sincerité, du patriotisme et autres sentiments de noblesse et d'abnegation et nous avons toujours voté pour lui,

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs