Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour se réconcilier avec son histoire, l’Espagne ouvre la boîte de Pandore




Le Cortes espagnol a ratifié récemment une loi permettant aux descendants des juifs sépharades, victimes de l’Inquisition qui a suivi la Reconquista entamée par les Rois très catholiques Ferdinand et Isabelle, d’avoir la nationalité espagnole. Jusque-là rien de suspicieux dans cette décision prise certes avec plus de cinq siècles de décalage. Au contraire, c’est tout à l’honneur de l’Espagne et de son gouvernement de droite que d’essayer de se réconcilier avec l’Histoire. Sauf que tous ne voient pas les choses du même œil, de l’intérieur comme de l’extérieur du pays, de la part des Espagnols comme des Israéliens. Les mauvaises langues vont même jusqu’à insinuer que ce geste n’a rien de gratuit. La décision a été mûrement étudiée, revue sous tous les angles. Les décideurs espagnols espèrent par ce geste aux conséquences encore inconnues recevoir une manne non négligeable apportée par de potentiels investisseurs  et touristes juifs qui, mus par un élan plus émotionnel que nostalgique, vont accourir pour visiter des synagogues devenues entre-temps, comme pour les mosquées, des lieux de culte catholique.  
Les Sépharades de la diaspora vont-ils répondre au son des trompettes, plutôt des cloches de la lointaine Ibérie, faire table rase d’un passé terrible et pardonner aux Espagnols toutes les exactions et les horreurs de l’Inquisition ?  
Les réactions mitigées du gouvernement israélien et des associations sépharades éparpillées un peu partout dans le monde sont là pour montrer que le gouvernement espagnol est allé vite en besogne. Pire, il a ouvert la boîte de Pandore qui va déverser sur lui un tas de problèmes dont l’Espagne n’a que faire par ces temps de crise.  
Connaissant la mentalité des Israéliens, forts de la vague de sympathie qu’ils ne cessent de cultiver  depuis la  triste Shoah et armés de l’arsenal juridique  qui ne cesse de réduire la marge des antisémites (1), les descendants sépharades ne vont pas en rester là, c’est-à-dire se contenter de la nationalité espagnole. Les Ibères sont-ils si imbus de leur nationalité au point de la considérer comme  une contrepartie fort réparatrice pour toutes les forfaitures qu’ils ont fait subir à plusieurs centaines de milliers de juifs?
Connaissant leur mode d’emploi, ils ne vont pas en rester là. Ils vont -si ce n’est déjà fait- entamer une guerre juridique pour demander réparation. L’Allemagne en connaît un brin, elle qui a versé des millions d’euros aux milliers de juifs victimes de la Shoah et à leurs descendants.
Quant à la nationalité espagnole, ils n’ont que faire. Pourquoi? Pour la simple raison que la plupart des personnes de confession hébraïque ont, entendez-vous bien, au moins deux nationalités en plus de l’israélienne  (2).
Nous demandons également au gouvernement espagnol de pousser cet élan de bonté et de générosité si c’est vraiment le cas- à l’extrême et inclure aussi dans cette loi les descendants des Maures et ceux des Indiens de l’Amérique du Sud, ainsi ils feront d’une pierre deux coups. Et par la même occasion, amener leurs concitoyens à se débarrasser de ce ton empreint de racisme quand ils prononcent Judeo ou Mauro. C’est autant leur demander de rétrocéder l’Andalousie aux Arabes.  
Pour l’anecdote, le bruit court que Christophe Colomb (3), celui qui a été pour beaucoup dans la puissance et l’opulence de l’Espagne au XVème siècle serait, tenez-vous bien, un converso, autrement dit un juif sépharade qui s’était reconverti au catholicisme pour échapper à l’autodafé et/ou à l’exil forcé mais que, selon la même source, il aurait gardé au fond de lui une âme juive.  Et ce qui réconforte les gens qui sont derrière ces révélations, c’est que l’Espagne refuse catégoriquement et depuis toujours d’enlever les scellés sur les archives concernant cette période de la Reconquista et le siècle qui a suivi et qui a vu la conversion de centaines de milliers de Maures et un peu moins de Juifs. Lever le voile sur ces conversions forcées, fera que plusieurs millions d’Espagnols auront la surprise de leur vie, y compris les plus racistes d’entre eux. Le cas échéant, ce ne serait plus l’Espagne. A entendre cela, Isabella et Fernando, les Rois très catholiques, vont se retourner dans leurs tombes.   

1- Les Israéliens ont tendance à croire qu’ils sont les seuls sémites de la terre.
2- Nous ne sommes pas là pour taxer les Juifs mais ce sont les faits qui parlent d’eux-mêmes.
3- Son nom hébraïque serait
Christoval Arnoldo de Ysassi, in Le Temple de Jérusalem de Berry (Steve).

Par Nejm-Eddine Mahla
Mardi 14 Juillet 2015

Lu 867 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs