Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour que le régime d’Al Assad parte : Les factions de l’opposition se concertent en Turquie




L’opposition syrienne se réunit en congrès pendant trois jours à partir de mercredi dans la station méditerranéenne turque d’Antalya (sud) pour soutenir la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad et réclamer «le changement» en Syrie.
«Le thème principal des réunions sera le changement. Comment faire pour que le régime d’al-Assad parte», a indiqué à l’AFP l’un des participants, Mohamad Dughmosh, le responsable pour les relations de l’opposition avec les médias.
Un diner devait être offert mardi pour les «300 à 400» participants attendus dans un hôtel cinq étoiles et le congrès s’ouvrira officiellemment mercredi matin, a-t-il souligné.
Ce congrès est ouvert à tous les courants de l’opposition, aux personnalités indépendantes et aux représentants de toutes les confessions, notamment des courants qui se sont exprimés dans le cadre de la «déclaration de Damas», un groupe de réformateurs réclamant des changements démocratiques lancés en 2005.
Depuis le déclenchement à la mi-mars des manifestations de contestation contre le régime, au moins 1.062 personnes ont été tuées par les forces de sécurité syriennes, selon l’opposition.
«C’est un début, nous sommes ici pour soutenir la révolution» syrienne, a déclaré à l’AFP Ammar Qourabi, président de l’Organisation nationale des droits de l’Homme, basée en Egypte.
Il a expliqué qu’un «mécanisme de suivi» serait mis en place après le congrès pour évaluer et venir en aide des besoins logistiques et juridiques notamment de l’opposition.
«Le dialogue se poursuivra avec toutes les factions de l’opposition» après ce congrès, a poursuivi ce militant.
En avril, le président syrien a levé l’état d’urgence en vigueur depuis des décennies, l’une des principales revendications des contestataires, mais il a aussi réglementé le droit de manifester, continuant ainsi d’essayer de faire taire la contestation par la force. Un communiqué final doit en principe être publié vendredi pour clôre les travaux.
Les opposants réclament la libération des détenus politiques, de nouvelles élections, l’annulation de la suprématie du parti Baas, et aussi la chute du régime, dominé par la minorité alaouite, une branche de l’islam chiite.
Une première réunion de dissidents syriens, plus restreinte, avait été tenue fin avril à Istanbul et les participants avaient alors lancé un appel urgent pour la tenue d’élections et l’arrêt de la répression en Syrie.
Selon les militants réunis à Antalya, la Turquie a un rôle important à jouer pour forcer le régime syrien à aller de l’avant dans les réformes réclamées par eux et par la communauté internationale.
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan qui a de bonnes relations avec le président syrien, s’est entretenu plusieurs fois avec lui au téléphone depuis le début de la contestation et a envoyé des émissaires à Damas.

Libé
Mercredi 1 Juin 2011

Lu 69 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs