Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour que cesse toute violence dans le Rif : Vivement un dialogue sérieux et responsable !




Les événements déplorables de Beni Bouâyach, Imzouren et El Hoceima auraient  pu être évités s’il n’y avait pas cette absence de dialogue dans la région du Rif, en général. Sit-in, manifestations et marches de protestation ont duré plus d’une année. Les jeunes avaient plusieurs doléances. Mais à aucun moment, les autorités n’avaient ouvert un dialogue sérieux en vue de trouver des solutions à leurs problèmes.
Il y a plus d’une semaine, des dizaines de jeunes manifestants de Beni Bouâyach entendaient rejoindre El Hoceima, et plus particulièrement le tribunal où un  mis en cause allait être déféré. Une manière de protester contre ce qu’ils qualifient d’«arrestation arbitraire et illégale de leur camarade ». Une information se voulant trop officielle avait attisé le feu en prétendant que le prévenu était recherché depuis huit ans pour vols qualifiés et agressions à l’arme blanche…  Beaucoup d’erreurs justifient donc la grogne des jeunes de la région et leurs réactions parfois violentes. « L’un des nôtres, que tout le monde connaît ici, est qualifié par la propagande officielle de criminel, alors qu’il s’agit d’un militant connu ; cela est inadmissible», commente un jeune actif de l’Association nationale des chômeurs au Maroc (ANDCM).
Tout au long de l’année, des photos et vidéos circulaient sur les sites des forums sociaux montrant un certain regain d’intérêt à la chose publique. Beni Bouâyach reste l’une des petites villes où la braise du Mouvement 20 février ne s’est pas éteinte. Chômage, précarité infrastructure dégradée, … telles sont les causes de la dernière explosion sociale. Mais au-delà des revendications légitimes, des intrus et fauteurs de troubles en profitent pour commettre des actes de vandalisme.
Il y aurait un manque de dialogue avec ces jeunes, dont une grande partie est  délaissée par le système socio-économique. Au lieu de dialoguer avec eux, de les orienter, les autorités préfèrent les mater. A Beni Bouâyach, on est confronté à une désobéissance civile. L’approche sécuritaire ne peut aucunement résoudre le problème. Non loin de là, à Taza, l’on avait vécu une situation pareille. En attendant une autre alternative…

Mustapha Elouizi
Jeudi 15 Mars 2012

Lu 596 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs