Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour parvenir à un accord de paix avec les Palestiniens : Nétanyahou veut la paix à ses conditions




Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a affirmé mardi devant le Congrès américain être prêt à des «concessions douloureuses» pour parvenir à un accord de paix avec les Palestiniens, mais a rejeté une nouvelle fois l'idée d'un retour aux frontières de 1967, soutenue par Barack Obama.
S'exprimant à Washington devant les deux chambres réunies du Congrès, un auditoire très sensible à la cause d'Israël qui a salué son discours par des ovations debout, le Premier ministre israélien a assuré que son pays voulait la paix. «Israël n'abandonnera jamais sa quête de la paix», a-t-il déclaré devant les parlementaires, ajoutant qu'il était prêt à des «compromis douloureux» pour conclure une «paix historique».
En profond désaccord avec la prise de position de Barack Obama en faveur d'un Etat palestinien basé sur les frontières de 1967, il a réaffirmé son hostilité à un tel tracé, selon lui «indéfendable». Il a également répété qu'il n'était pas question pour Israël d'accepter le retour de millions de réfugiés palestiniens avec leurs familles, et a exclu une nouvelle fois tout partage de Jérusalem avec les Palestiniens, qui revendiquent la partie orientale de la ville. Il a également appelé le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à annuler le récent accord de partage du pouvoir entre sa faction, le Fatah, et le Mouvement de la résistance islamique (Hamas), au pouvoir à Gaza, qui refuse de reconnaître le droit d'Israël à exister. Accord qui doit conduire à un gouvernement palestinien d'union.
«Nous devons prendre au sérieux les appels» à la destruction d'Israël, a-t-il déclaré, rappelant la tragédie de la Shoah. Benyamin Netanyahou a également félicité les Etats-Unis pour l'élimination d'Oussama ben Laden.
En Cisjordanie, Nabil Shaath, un collaborateur du président palestinien Mahmoud Abbas, a réagi en estimant que le discours de M. Netanyahou était une «déclaration de guerre» contre les Palestiniens. Il a noté que le Premier ministre avait rejeté les principales revendications palestiniennes tant sur les frontières que sur Jérusalem et les réfugiés.
Le discours de M. Netanyahou a été marqué par un incident. Une femme dans une tribune l'a brièvement interrompu avant d'être évacuée par la police. Alors que M. Netanyahou était en train de parler, elle s'est levée et a crié: «Plus d'occupation, mettez fin aux crimes de guerre israéliens».
Jeudi dernier, Barack Obama s'est pour la première fois prononcé pour la création d'un Etat palestinien dans les frontières d'avant la guerre des Six-Jours de 1967, qui inclurait donc la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est.
Le président américain a toutefois précisé que ces frontières pourraient être modifiées par des échanges de territoires convenus entre Palestiniens et Israéliens pour permettre à ces derniers de conserver des colonies construites en Cisjordanie. Une idée à laquelle les Palestiniens sont ouverts. 

AP
Jeudi 26 Mai 2011

Lu 184 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs