Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour le Maroc, la menace terroriste viendrait plutôt des loups solitaires

Interpol annonce des chiffres effarants




Le Maroc est-il menacé par Daech? «Oui», à en croire une alerte d’Interpol qui a demandé au Royaume de renforcer ses mesures de sécurité et de vigilance dans les aéroports et les postes frontaliers afin d’empêcher toute infiltration éventuelle de terroristes. L’alerte aurait indiqué que 6.000 personnes circulent en toute liberté à travers le monde avec des passeports falsifiés, a rapporté un organe de la presse nationale.  
Faut-il prendre cette menace au sérieux? «Non», nous a répondu Abdellah Rami, spécialiste des mouvements islamistes qui pense qu’on ne peut pas parler d’une menace directe de Daech. «Le Royaume ne constitue pas une vraie cible. Notre pays ne fait pas partie de la coalition internationale contre Daech et  ne participe aucunement aux opérations militaires en Syrie ou en Iraq.  Le vrai problème aujourd’hui, ce sont les loups solitaires qui se réclament de Daech et qui sont hors de tout contrôle.  Et l’Etat islamique mise plus sur ceux-ci que sur ses propres combattants comme l’avait fait Al-Qaïda auparavant».  Et de préciser : «Ces loups solitaires n’ont pas besoin de consignes directes puisqu’ils ont l’aval de l’EI via les fatwas et les appels au djihad et qu’ils n’ont nullement besoin de formation puisqu’ils ont la possibilité de s’informer sur le mode de fabrication des bombes artisanales via Internet. Le danger réside donc dans le fait que ces personnes ne sont pas connues des services de police».
Les chiffres d’Interpol sont-ils valables? «Ce sont des chiffres officiels émanant d’une institution officielle et qu’ils n’ont rien d’excessif. Le nombre des mis en cause est probablement plus important puisqu’il s’agit d’éléments d’une organisation transnationale dont la grande partie vit et circule hors des radars des services de sécurité», nous a indiqué notre source.  Et de poursuivre : «Certaines estimations évoquent 10.000 personnes si l’on ajoute les combattants de nationalité  syrienne et irakienne qui ont quitté les zones de combat via la migration irrégulière ou l’asile sans parler des pro-Daech  qui constituent des réseaux dormants en Europe, en Asie ou dans plusieurs pays arabes ».  
Cependant, Abdellah Rami estime que le nombre de jeunes enrôlés par l’organisation terroriste est en chute libre depuis 2013 à cause de la guerre déclarée contre Daech et des mutations survenues sur le terrain. «Avant 2013, Daech recrutait à tour de bras grâce à la complicité de plusieurs pays qui avaient facilité  la circulation de ses recrues à travers les  frontières  et  avaient relayé les appels au djihad lancés par certains prêcheurs ou lors de certains congrès d’oulémas». Et d’expliquer : «Mais les choses ont vite changé. La réalité du terrain a obligé plusieurs pays à revoir leur approche et leur optique. Ainsi, ils sont passés d’une confrontation avec le régime syrien à la lutte contre les djihadistes. Et du coup, de nouvelles mesures et dispositions sécuritaires plus rigoureuses  ont été mises en place permettant le resserrement de l’étau autour des nouvelles recrues de Daech qui n’ont plus la liberté de mouvement qu’elles avaient auparavant.  Pourtant, tous les pays n’ont pas réagi avec la même vigueur puisque chacun d’entre eux a ses propres calculs politiques et géostratégiques. Tel est le cas de la Turquie et de certains pays du Golfe qui nouent et dénouent leurs alliances  avec ces groupes terroristes selon leurs propres intérêts et les rapports de force sur le terrain ».
Concernant le nombre de jeunes Marocains embrigadés  par l’Etat islamique, notre source nous a indiqué que leur nombre est également en baisse et que le recrutement passe, à présent, via Internet. «Les réseaux sociaux ont pris le pas sur les recruteurs issus des coordinations des salafistes djihadistes ou des anciens éléments  d’Al-Qaïda. Cela n’empêche pas, pour autant, l’existence de recruteurs. Il s’agit en grande partie de ceux qui n’ont pas encore été identifiés par les services de sécurité marocains et qui agissent dans la discrétion la plus totale», nous a-t-elle expliqué. Et de préciser: «Les chiffres officiels parlent de 1.500 à 2.000 combattants marocains dans les rangs de Daech mais l’analyse de ces statistiques doit intégrer le fait qu’il y a beaucoup de nos jeunes qui sont décédés sur le terrain des combats et ceux qui ont quitté les rangs de Deach». Une tendance appelée à perdurer encore puisque Daech perd aujourd’hui du terrain en Syrie et en Iraq. «Le Daech de 2012 n’est plus celui de 2016. Sa légitimité et sa force sont de plus en plus remises en cause. Les frappes aériennes de la  coalition internationale ont bouleversé les cartes dans la région. Même la machine de propagande de l’Etat islamique s’est grippée dernièrement», a conclu notre expert.

Hassan Bentaleb
Jeudi 13 Octobre 2016

Lu 1153 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs