Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour la préservation du patrimoine naturel des écosystèmes sahariens

Pour une approche participative et inclusive des différents acteurs




Pour la préservation du patrimoine naturel des écosystèmes sahariens
La préservation du patrimoine naturel des écosystèmes sahariens dans la région de Tafilalet s'appuie sur une approche participative et inclusive des différents acteurs locaux, a souligné le directeur provincial des eaux, des forêts et de la lutte contre la désertification à Errachidia, Mohamed Mokhlisse.
Le défi majeur en matière de réhabilitation des oasis consistait en la mise en place d'initiatives intégrant l'ensemble des intervenants et la coordination entre les différents acteurs parmi la population, les collectivités locales et les sensibilités associatives pour Protéger et réhabiliter les milieux naturels des oasis de Tafilalet dans le cadre d'une approche générale se rapportant aux domaines économique, social et environnemental, a souligné M. Mokhlisse dans un entretien accordé à la MAP.
La réussite de cette approche est tributaire de l'instauration d'une bonne gouvernance locale basée sur quatre piliers liés à l'amélioration des partenariats en vue d'assurer une gestion durable des ressources naturelles, le renforcement des infrastructures de base, la consolidation des capacités des ressources humaines et la promotion des activités génératrices de revenus, a-t-il relevé, notant que les objectifs escomptés consistent en l'amélioration de la biodiversité dans les zones saharienes et la réhabilitation des ressources naturelles, notamment les espèces animalières.
Après avoir rappelé que le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD) a initié d'énormes efforts en vue de protéger le patrimoine et la biodiversité liés à l'écosystème saharien, il a indiqué que le HCEFLCD œuvre pour la lutte contre la désertification et l'encouragement à la création d'activité touristique dans ces zones, à travers diverses actions visant la protection et la multiplication des espèces animalières adaptées au climat saharien.
Le Haut-commissariat s'emploie également, malgré les contraintes à caractère social, technique et économique, à réhabiliter l'espace des oasis du bassin de Tafilalet et à instaurer des bases pour réconcilier l'homme avec son environnement, a-t-il poursuivi, faisant remarquer que la préservation des oasis marocains n'est pas seulement un simple choix mais plutôt une obligation écologique.
Le même responsable a considéré que les oasis qui constituent l'une des composantes de l'identité naturelle marocaine, sont confrontés à des déséquilibres écologiques dus à un ensemble de facteurs, parmi lesquels la pression démographique, la fragilité des écosystèmes et les changements climatique, en raison notamment de la faiblesse des précipitations, la précarité sociale et l'abandon des systèmes traditionnels d'exploitation, mettant l'accent sur l'importance primordiale de la complémentarité dans la mise en œuvre des programmes sectoriels des ministères concernés.

Libé
Vendredi 7 Juin 2013

Lu 259 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs