Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour l’intégration de la diversité linguistique dans les collectivités locales

Deux ONG appellent à un débat public




A défaut d’une loi organique, la langue amazighe devrait-elle rester condamnée à la marge ? La société civile est catégorique: il faut aller de l’avant et contribuer à sa mise en œuvre. Azetta amazigh et l’Association Adrar en sont convaincues. Les deux ONG ont organisé dimanche à Tahla, une rencontre autour du thème : «L’intégration de la diversité linguistique dans les collectivités territoriales».
En présence de plus de cent personnes, dont des élus, des fonctionnaires des collectivités territoriales, des acteurs associatifs, la rencontre se voulait plutôt incitative aux différentes composantes du territoire d’activer, chacun de son côté, l’article 5 de la Constitution. Si le gouvernement n’a osé rien faire à ce sujet, soulignent les participants, les collectivités et la société civile doivent assumer leur responsabilité et donner une visibilité à cette disposition constitutionnelle consacrant l’officialisation de la langue amazighe.
Dans ce sens, Abdellah Baddou, président du Réseau amazigh pour la citoyenneté, a souligné que les collectivités territoriales pourraient, en l’absence d’une loi organique, commencer par des mesures plutôt d’ordre symbolique, telles que la signalisation et les enseignes des établissements publics, comme les administrations, les écoles, ainsi que la dénomination des voies et ruelles. Il s’agit, selon lui, d’une certaine manière de réhabiliter la langue amazighe et de traduire dans les faits tous les slogans en faveur de l’amazighité.
Du coup, la seule voie est de lancer le débat public avec la participation de la société civile et des populations, et d’endiguer les actions menant vers la confiscation de ce débat sociétal «combien important pour l’équilibre psychique et identitaire d’une société plurielle et diversifiée», souligne-t-il.
Cette rencontre a été aussi une occasion pour présenter le guide conçu par Azetta amazigh, et dédié à l'intégration de l'amazigh dans les communes territoriales. Ce livre de moins de cent pages, donne une traduction en langue amazighe, à titre informel, de tous les documents administratifs offerts par les services des communes, afin de traduire dans les faits le principe de la réhabilitation de l'amazighité. En attendant la loi organique que le gouvernement semble ignorer, la société civile résiste et se montre déterminée à la mise en œuvre de l’article 5 de la Constitution. Sinon, que vaut une Loi fondamentale sans application ?

Mustapha Elouizi
Jeudi 29 Octobre 2015

Lu 1324 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs