Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour l’élimination des pires formes de travail des enfants




Plus de 450 délégués de 80 pays se sont mis d'accord, au terme de la Conférence mondiale sur le travail des enfants tenue à La Haye les 10 et 11 mai, sur une "feuille de route" qui vise à "augmenter de manière substantielle"les efforts mondiaux pour éliminer les pires formes de travail des enfants d'ici à 2016, indique mercredi l'Organisation Internationale du Travail (OIT), dont le siège est à Genève.
Cette conférence a été organisée par le gouvernement des Pays-Bas en collaboration avec le Programme international pour l'abolition du travail des enfants du Bureau International du Travail (BIT-IPEC) et en coopération avec l'UNICEF et la Banque mondiale.
La feuille de route appelle les gouvernements, les partenaires sociaux et les organisations de la société civile à renforcer l'accès à l'éducation, à la protection sociale et au travail décent.
Elle invite tout particulièrement les gouvernements "à évaluer l'impact des politiques relatives aux pires formes de travail des enfants, en tenant compte du sexe et de l'âge des enfants, à mettre en place des mesures préventives assorties de délais et à mobiliser suffisamment de ressources financières pour combattre les pires formes de travail des enfants, y compris grâce à la coopération internationale".
Elle appelle également les partenaires sociaux à prendre "les mesures immédiates et efficaces qui relèvent de leur compétence afin de garantir en priorité absolue l'interdiction et l'élimination des pires formes de travail des enfants, notamment à travers des politiques et des programmes consacrés au travail des enfants".
L'OIT fait remarquer que la Conférence de La Haye s'est déroulée dans un contexte d'essoufflement de la campagne mondiale contre le travail des enfants, comme le démontre le nouveau rapport global du BIT publié la semaine dernière et qui montre que si la réduction du travail des enfants s'est poursuivie, son rythme s'est ralenti de manière inquiétante. Le rapport avertit que si aucune action décisive n'est prise, le rendez-vous de 2016 ne sera pas honoré.
Le nouveau rapport contraste avec les tendances positives qui figuraient dans la précédente étude réalisée en 2006 et qui avaient alors conduit l'OIT à fixer un objectif d'élimination des pires formes de travail des enfants d'ici 2016.
Cette Conférence a été aussi l'occasion d'entendre s'exprimer de hauts responsables gouvernementaux venus de divers pays, ainsi que des représentants d'organisations patronales et syndicales, d'organisations internationales et de membres du monde universitaire et de la société civile.
Lors de cette conférence, le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Jamal Rhmani a, rappelle-t-on, mis en exergue l'expérience du Maroc en matière de lutte contre le travail des enfants grâce, notamment, à la mobilisation de tous les acteurs.

Nomination

Le Secrétaire Général de l’ONU, Ban-Ki Moon, a nommé M. Bruno Pouëzat, Coordonnateur du Système des Nations Unies et Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) au Royaume du Maroc.
M. Pouëzat a pris ses fonctions officiellement, le 5 mai 2010, date à laquelle il a été reçu par M. Mohammed Ouzzine, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération. De nationalité Française, Bruno Pouëzat, a fait carrière au sein du PNUD, qu’il a intégré en 1986, pour occuper les postes d’Expert Associé au Mali, Chargé de programme en Ouganda et Assistant du Représentant Résident au Bangladesh, en Somalie et au Vietnam.
Homme de terrain, il a également occupé le poste de Représentant Résident adjoint du PNUD en Mongolie puis Conseiller Spécial de l’Administrateur Associé du PNUD à New York avant d’assumer les fonctions de Chargé d’Affaires du PNUD au Koweït en 2002.
M. Pouëzat a occupé le poste de Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD et du Fonds d’Assistance des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en Moldavie (2002-2007) puis en Azerbaïdjan (2007-2010), dernier poste occupé avant son affectation au Royaume du Maroc.
Ingénieur de formation, M. Pouëzat est marié à Dr. Catherine Bentz-Pouëzat, implantologue.

Convention

Le Conseil des ministres français, réuni mercredi au Palais de l'Elysée sous la présidence de M. Nicolas Sarkozy, a examiné un projet de loi autorisant l'approbation de l'avenant à la convention entre la France et le Maroc sur l'assistance aux personnes détenues et leur transfèrement.
L'objectif de ce projet de loi est d'élargir le champ de l'entraide judiciaire entre les deux pays et "d'assouplir la mise en œuvre d'un instrument qui permet aux condamnés de purger leur peine dans le pays dont ils sont ressortissants afin de faciliter leur réinsertion sociale", indique le compte-rendu du Conseil publié par la Présidence de la république française.
Cet avenant à la convention du 10 août 1981 entre la France et le Maroc sur l'assistance aux personnes détenues et sur le transfèrement des condamnés a été signé à Marrakech le 22 octobre 2007, à la suite de l'engagement en novembre 2005 de négociations bilatérales portant sur l'ensemble du champ de l'entraide judiciaire en matière pénale, rappelle-t-on de même source.



MAP
Jeudi 13 Mai 2010

Lu 611 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs