Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour l’USFP, il est primordial d’aller de l’avant dans le traitement des dossiers politiques, économiques, sociaux, éducatifs et culturels et de dépasser le gel que connaît le dialogue social




Le Bureau politique de l’USFP a tenu, jeudi 7 septembre, une réunion consacrée aux derniers développements politiques et sociaux ainsi qu’à d’autres questions d’ordre organisationnel.
Après l’exposé présenté par le Premier secrétaire du parti, Driss Lachguar, et l’examen des questions inscrites à l’ordre du jour, le Bureau politique  annonce ce qui suit :
1- L’USFP s’engage à aller de l’avant dans le traitement  des dossiers  politiques, économiques, sociaux, éducatifs et culturels tels que préconisé par le programme gouvernemental en vue de surmonter toutes les difficultés et relever tous les défis. Cela exige de toutes les composantes de placer l’intérêt de la nation au-dessus de toutes les considérations qui pourraient nuire à la situation  et constituer une entrave au développement  économique et social attendu par le peuple marocain.
Le Bureau politique  confirme la volonté de l’USFP de poursuivre sa participation et son soutien à cette expérience aux niveaux  gouvernemental, parlementaire, médiatique et partisan tout en estimant  que notre pays est appelé  à faire de grands pas en avant pour la réalisation des réformes   nécessaires  et venir à bout des entraves  qui empêchent le développement et la prospérité du pays.
2- Le Bureau politique exprime sa profonde préoccupation quant à la situation sociale en raison du gel du dialogue social avec les différents partenaires sociaux  et de l’absence depuis 6 ans  de tout accord contractuel, ce qui a eu un sérieux impact sur les salaires de la classe ouvrière. En parallèle,  le pouvoir d’achat  de la population a baissé à cause de l’augmentation des prix des produits de première nécessité  et des services, entres autres, outre  la situation alarmante  que connaîssent les secteurs de la santé, l’enseignement, le transport et la protection sociale.
3-    Le Bureau politique a entamé des réunions avec les responsables de tous les secteurs partisans  et avec les deux Groupes socialistes à la Chambre des représentants, l’Organisation socialiste des femmes ittihadies et la Chabiba Ittihadia. De même qu’il a constitué une commission préparatoire de la rencontre avec les élus ittihadis dans les conseils communaux et régionaux.  Le Bureau politique procédera également à l’établissement de l’agenda des réunions des commissions internes du parti. Tout cela s’inscrit dans le cadre des préparatifs pour  la rentrée politique et sociale, de la poursuite de la mise en œuvre du programme adopté lors du Xème Congrès ainsi que la mise en place d’un plan d’action qui sera présenté lors de la prochaine réunion du Conseil national.  

Libé
Lundi 11 Septembre 2017

Lu 1710 fois


1.Posté par DR IDRISSI MY AHMED le 11/09/2017 10:17
Laissons les lecteurs juger ainsi que les jeunes USFPéistes

Rappelez-leur SVP notre dossier, de gouvernance régalienne, celui de la juste suppression des taxes de Douane et de TVA et sur les médicaments et les intrants des soins. Car ne paient ces taxes indirectes de 24 et 37 % que les seuls malades. Oui, ce sont des iniques, car les malades n’ont pas à payer de taxes sur leurs maladies…La justice, le civisme, quels que soient les partis et leur politique,commencent ce biais social, plus que humanitaire.

Association des amis des myasthéniques du Maroc

Merci au Webmaster et à Libération de continuer d'être nos porte-voix

2.Posté par DR IDRISSI MY AHMED le 11/09/2017 21:05
http://www.libe.ma/Pour-l-USFP-il-est-primordial-d-aller-de-l-avant-dans-le-traitement-des-dossiers-politiques-economiques-sociaux_a90100.html


Bonsoir.


Vous titrez chers amis : ''Dépasser le gel que connaît le dialogue social''. Et, c'est encourager la presse et les médias d'être les accompagnants et les intermédiaires des associations.
L’AAMM, Association des Amis des malades Myasthéniques du Maroc agit depuis 16 ans dans ce secteur. Nous profitons de votre opportun appel pour rejoindre votre proposition et réitérer notre demande à l’Etat.

Nous renouvelons ce plaidoyer grâce à Libération encore. Notre souhait de réforme des impôts est de solliciter la suppression des taxes indirectes sur les médicaments. Lesquelles ne frappent que les seuls malades !

Nous voulons encore rappeler notre dossier, de gouvernance aux décideurs. C’est celui de la juste suppression des taxes de Douane et de TVA et sur les médicaments et les intrants des soins. Car ne paient ces taxes indirectes de 24 et 37 % que ceux qui souffrent. Oui, ce sont des taxes iniques, car les malades n’ont pas à payer de taxes sur leurs maladies…La justice, le civisme, quels que soient les Partis et leurs politiques, commencent ce biais social, plus que humanitaire.

Cordialement

3.Posté par DR IDRISSI MY AHMED le 13/09/2017 23:08
MERCI LIBE ET USFP !

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs