Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour élire 395 représentants : 13,5 millions d’électeurs attendus aux urnes




Pour élire 395 représentants : 13,5 millions d’électeurs attendus aux urnes
Aujourd’hui, près de 13,5 millions d'électeurs se rendront aux urnes pour élire 395 députés à la Chambre des représentants dans le cadre des premières élections législatives à être organisées au Maroc après l'adoption de la nouvelle Constitution.
La campagne électorale relative à ce scrutin a été marquée cette année par la tenue par les différentes formations politiques en lice de plus de 9.500 activités, ayant drainé plus de 608.000 participants, soit une moyenne de plus de 55.200 participants par jour.
Dans ce cadre, huit partis politiques, sur les 31 qui participent à cette échéance électorale, ont mobilisé 75% du total des participants au niveau national.
Quelque 52% des participants à ces activités ont été enregistrés en milieu rural et 48% en milieu urbain.
S’agissant du nombre total des listes de candidature déposées au titre des 92 circonscriptions électorales locales, il s'élève à 1.546 comportant 5.392 candidats et candidates, soit une moyenne nationale de près de 17 listes de candidature par circonscription locale.
Pour ce qui est des candidatures présentées au titre de la circonscription électorale nationale, un total de 19 listes a été enregistré comportant 1.710 candidatures, dont 1.140 candidates et 570 jeunes candidats. Quant aux candidats sans appartenance politique, deux listes locales ont été présentées.Au sujet de la participation féminine au niveau local, on a enregistré 484 candidates au niveau des circonscriptions électorales locales, soit un taux de près de 9%. Soixante-quatre (64) femmes appartenant à différentes formations politiques sont des têtes de liste dans les circonscriptions électorales locales.
Concernant la répartition des mandataires de liste par tranche d'âge, 36,03% sont âgés de moins de 45 ans, 36,16% sont âgés entre 45 et 55 ans tandis que 27,81% ont plus de 55 ans.
S'agissant de la répartition des mandataires des listes locales selon leur niveau d'instruction, il en ressort que 59,43% d'entre eux ont un niveau d'enseignement supérieur et que 29,91% ont un niveau secondaire.
Concernant le taux de couverture des circonscriptions électorales locales par des partis politiques, on relève que 8 partis ont pu présenter des listes de candidature dans 80 circonscriptions électorales locales ou plus, alors que 6 autres formations politiques couvrent entre 49 et 79 circonscriptions électorales.
Pour les partis restants, ils ont présenté des candidatures dans moins de la moitié des circonscriptions électorales locales.
La campagne électorale a mis en compétition plus de 30 partis qui ont tenu meetings et rencontres, et eu recours à des émissions radiotélévisées et Internet pour séduire les 13.475.435 électeurs, dont 54,9% d'hommes et 45,10% de femmes.
L'Etat a, par ailleurs, débloqué une enveloppe de 220 millions de dirhams destinée au financement de la campagne électorale menée par les partis participant à ces échéances et qui ont utilisé 33 symboles au total afin de permettre à l'électeur, particulièrement l'analphabète, de reconnaître facilement le parti de son choix.
Et afin de réussir ce rendez-vous électoral et de garantir un taux de participation élevé, le pays n’a pas lésiné sur les moyens pour relever ce grand défi aux enjeux politiques et sociaux d’envergure.   
Ainsi, des directives claires et fermes ont-elles été adressées à l’ensemble des gouverneurs et walis, les incitant à veiller à une application stricte des dispositions du Code électoral pendant la campagne et le jour du scrutin.
Les parquets et les services compétents de la police ont été également exhortés à une application rapide et efficace des procédures d’enquête et d’examen des plaintes des candidats aux élections du 25 novembre.
Les ONG ont également sensibilisé les citoyens  à l'importance de se rendre massivement aux urnes et près de 3.200 observateurs nationaux et internationaux ont été accrédités pour suivre l'opération électorale au niveau des différentes régions du Royaume. Ces observateurs représentent 75% de l'ensemble de ceux agréés par la commission d'accréditation du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) et qui appartiennent à 16 associations. Cette opération d'observation a pour objectifs de s'assurer du bon déroulement du processus électoral dans ses différentes étapes, de s'arrêter sur les éventuels dysfonctionnements et irrégularités qui peuvent entacher cette opération électorale, et d’adopter des recommandations et des propositions de manière à contribuer au développement du système institutionnel, législatif et réglementaire, asseoir les pratiques démocratiques et consolider l'Etat de droit.
Dans ce cadre, le CNDH a mobilisé de son côté 234 observateurs qui couvrent les 16 régions du Royaume avec une moyenne de 15 observateurs par région, auxquels s'ajoutent 15 coordinateurs nationaux et 13 coordinateurs adjoints.
    Des sessions de formation au profit des cadres, des auxiliaires et des fonctionnaires des services extérieurs ont été entreprises au niveau de l’ensemble des préfectures du Royaume afin de garantir un meilleur encadrement des bureaux de vote et une saine mise en œuvre du Code électoral.
Ces derniers ont été appelés à se familiariser avec les nouveautés du Code électoral. Notamment, la prise en considération  de la carte d’identité nationale comme unique moyen d’identification lors du vote, l’obligation de remettre copie de leurs PV aux  représentants des partis politiques et le vote par procuration pour les MRE.

Said Raji
Vendredi 25 Novembre 2011

Lu 880 fois


1.Posté par indigné le 25/11/2011 12:49
temara ;collège jabir ben hayene :lieu des bureaux de vote : sans convocations je me suis rendu pour voter avec ma femme ,on a parcouru tous les bureaux et on n'a pas trouvé nos noms ,on a protesté et on est resté 1h20 sur place pour les obliger à trouver nos noms car on a voté la constitution au meme collège ,on a crié et fanalement on a trouvé nos noms et on a voté ,beaucoup de cas semblables comme nous qui insistent pour trouver leus noms sur les listes . Questions :pourquoi le mokadem n'a pas distribué les convocations ? pourquoi on n'a pas affiché les listes dans la cour du collège .Il ya surement quelque chose qui tourne mal ,les autorités n'ont aucune excuses ,une enquette doit suivre pour déterminer les responsabilités de ces désordres!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs