Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour des programmes qui interpellent l’électeur




Les partis se doivent de présenter des candidats qui adhèrent à leurs convictions

La compétition des idées et des programmes est l’une des manifestations  essentielles  de la démocratie. Elle permet à l’électeur de pouvoir confronter la pluralité des approches et opérer son choix suivant  ses convictions.
Les  partis politiques porteurs de  programmes se doivent  de présenter aux électeurs les candidats qui adhèrent à leurs convictions et sont  les mieux outillés. en compétences  gestionnaires  pour mettre en œuvre leurs visions.
Le choix du candidat par un parti politique  est une opération toujours  complexe ; elle doit allier fidélité aux valeurs communes, capacité à convaincre les électeurs, qualités  intellectuelles et opérationnelles.
Le Maroc est un pays à la démocratie en construction. Confrontée aux réalités du terrain, la démarche exposée ci-dessus, connaît quelques adaptations.  
Le mode de gouvernance, caractérisé par une interpénétration des compétences, le mode de scrutin et le découpage électoral n’ont permis à aucun parti politique de dégager une majorité claire autour de choix économiques et sociaux bien identifiés.
 La prudence des partis politiques à s’engager dans des promesses chiffrées,  estimant qu’ils n’ont  ni la majorité, ni les moyens opérationnels pour les atteindre, a réduit considérablement l’attrait des programmes pour les électeurs. Ceux-ci voient défiler des séries de bonnes intentions où les termes de démocratie, bien-être, justice sociale se retrouvent  partout, faisant de notre pays un espace qui a transcendé les clivages de gauche et de droite, les différences entre les politiques  économiques et de répartition.
Ce système a favorisé la mise en place de véritables professionnels des élections, sans vision ni programme, qui disposent de beaucoup de moyens et se baladent entre les partis qui voudront les accueillir. Même au sein des partis historiques, la balance a objectivement penché en faveur des cadres ayant plus de chances de remporter les sièges que les cadres les mieux formés.
Aussi ne faut-il pas s’étonner que souvent des partis politiques choisissent parmi leurs cadres non élus  leurs représentants au sein de l’Exécutif, dans un étrange partage des rôles pour une démocratie entre ceux qui sont appelés à remporter des sièges et ceux et celles qui sont appelés à mettre en exécution les programmes. On peut aisément comprendre que l’image de parlementaire en prenne un coup.
La nouvelle Constitution a mis en place un certain nombre de garde-fous qui devraient en principe améliorer le rendu du système.   La responsabilité du Premier ministre devant le Parlement l’oblige d’abord à présenter un programme et non une déclaration d’intention. Ce programme sera le dénominateur commun de la majorité qui le soutient et un repère  pour l’opposition pour juger l’action du gouvernement.
 Le parlementaire à qui il est désormais interdit la pratique du nomadisme, à la limite compréhensible en absence d’enjeux, devrait  porter une attention particulière aux programmes pour ne pas se retrouver en train de voter pour des mesures en désaccord avec ses choix.
 Il doit être à même d’être  un faiseur de lois, un contrôleur  et un auditeur des politiques publiques. Ce qui normalement devrait en dissuader plus d’un à se présenter si la formation lui fait défaut.
Faut-il croire qu’en présentant des programmes et des candidats acceptables, les partis politiques ont entièrement rempli leur rôle ?
La nouvelle phase pour gagner en crédibilité doit faire ressortir des programmes qui interpellent l’électeur dans ses centres d’intérêt à lui : emploi, habitat, enseignement, santé, retraite. Les propositions doivent  être accompagnées  de chiffres de préférence. Les déclarations de principes doivent venir en introduction et non pas constituer  le corps du texte.  Prenons comme exemple les politiques sociales qui, il ne faut pas en douter, seront un point majeur des débats futurs. Faut-il porter le débat sur les formes de solidarité existantes dans les différentes conceptions politiques ou aller plus en avant et dire combien d’emplois on peut créer, à quelle formation on peut tendre, quelle couverture médicale assurer et à combien de gens, combien de logements construire et comment assurer à la population une vieillesse digne ? Bien évidemment en précisant les modalités de financement de chaque politique. Ce n’est que de cette manière que l’on rendra ses lettres de noblesse à la politique et que l’on crédibilisera la démocratie.

ADNAN DEBBARH
Mercredi 27 Juillet 2011

Lu 244 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs