Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour Dick Pound, l'UCI a fermé les yeux




Pour Dick Pound, l'UCI a fermé les yeux
La Fédération internationale de cyclisme (UCI) a fermé les yeux sur les pratiques dopantes de Lance Armstrong et certains de ses coéquipiers, assure dans un entretien à l'AFP Richard Pound, directeur de l'Agence mondiale antidopage (AMA) de 1999 à 2007.
"Ce n'est pas crédible de dire qu'ils ne savaient pas ce qu'il se passait. Je me suis plaint auprès de l'UCI pendant des années", affirme M. Pound, quatre jours après la publication d'un rapport de l'Agence américaine antidopage (Usada) accablant pour Armstrong.
Le Canadien, ancien vice-président du Comité international olympique, a notamment stigmatisé les méthodes de contrôle de l'UCI, déplorant que rien ne fût effectué avant les courses.
"La course partait à 13H00 ou 14H00 et aucun test n'était effectué avant le départ pour voir s'ils étaient chargés", souligne-t-il, ajoutant que les coureurs bénéficiaient d'une heure sans surveillance après leur arrivée.
Mercredi, l'Usada avait détaillé dans un rapport de 202 pages accompagné de 1.000 pages de documents le système de dopage mis en place par le champion texan, s'appuyant sur les témoignages de 26 personnes dont 11 de ses anciens coéquipiers.
Selon l'Agence américaine, le septuple vainqueur du Tour de France avait mis en place "le programme de dopage le plus sophistiqué de l'histoire du sport" afin de se procurer et d'utiliser entre autres de la testostérone, de l'hormone de croissance et de l'EPO.
"Là où cela clochait vraiment, c'était avec l'UCI", estime M. Pound, qui s'est souvent montré critique envers Hein Verbruggen, l'ancien patron de l'UCI (1991-2005). "S'ils continuent à nier, alors ils mettent leur sport en danger", insiste-t-il, évoquant la poursuite potentielle des enquêtes dans le cyclisme espagnol et italien. Par ailleurs, le président de l'Union cycliste internationale (UCI), Pat McQuaid, a reconnu samedi que l'affaire Amstrong portait "un grand préjudice à l'image" du cyclisme, tout en assurant que son sport "se portait très bien".
"Il s'agit d'un grand préjudice pour l'image de notre sport, mais notre sport va très bien", a déclaré à l'AFP M. McQuaid en marge du Tour de Pékin, qui s'est achevé samedi dans la capitale chinoise.
L'Irlandais a juste ajouté qu'en raison de la lutte antidopage accrue, "le cyclisme avait évolué depuis, le peloton est complètement différent".

Libé
Lundi 15 Octobre 2012

Lu 131 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs