Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Politologues et constitutionnalistes planchent sur la nouvelle Constitution : Débat sur la démocratie participative




Politologues et constitutionnalistes planchent sur la nouvelle Constitution : Débat sur la démocratie participative
La nouvelle Constitution et les questions de l’initiative législative populaire et du droit de pétition, c’est le thème de la table-ronde qui sera organisé aujourd’hui par le Centre marocain des sciences sociales (CM2S) et la Fondation Konrad Adenauer, à la Faculté des lettres et des sciences humaines Aïn Chock de Casablanca.
Selon les organisateurs de cette table ronde, « la lecture attentive » de la nouvelle Constitution a permis de dire que le Constituant a mis « le citoyen au centre de la cité et se propose d’être la seule référence qui fait lien entre les membres de la collectivité politique par-delà leurs croyances religieuses et leurs appartenances ethniques ».
Une lecture quantitative du texte de la Constitution en partant seulement des indicateurs du nombre d’articles consacrés au Parlement peut être interprétée comme une marginalisation du citoyen et la valorisation de la médiation, mais « l’insistance du Constituant sur la reddition des comptes, le respect de la bonne gouvernance, la responsabilité de l’Etat de fournir un service public de proximité, la profusion des instances de concertation et de régulation,  on est plus enclin à lire la Constitution dans une perspective ouverte sur une démocratie directe. D’autant plus que les articles 12, 14 et 15  particulièrement consacrent la démocratie participative, l’initiative populaire et la pétition », précisent les organisateurs de ce rendez-vous académique qui sera modéré par le professeur Mohamed Moaquit.  
C’est le professeur et ancien membre de la commission de la révision de la Constitution, Mohamed Tozy, qui va ouvrir cette table ronde avec une intervention qui se vocalisera sur « la démocratie directe : Les acquis de la philosophie politique et du droit constitutionnel comparé ». Le professeur  Mohamed Tamim mettra en exergue « les pratiques traditionnelles de participation et de production normative au Maroc ». L’intervention du chercheur en sciences politiques, Ahmed Bendella, sera consacrée à l’Etat des lieux de l’expérience  des pays de l’UE, tandis celle du professeur Abdelmalek Ouazzani sur les expériences de la Californie et les pays d’Amérique latine.
Il faut rappeler que deux livres de deux jeunes politologues vont être présentés lors de cette journée d’étude. Il s’agit de l’ouvrage d’Aziz Chahir (docteur en sciences politiques, et chercheur associé au CM2S) «Qui gouverne le Maroc ? », et du livre d’Ali Jafri, journaliste et chercheur associé au CM2S, « La commune contre l’élu ».

Mourad Tabet
Mardi 4 Septembre 2012

Lu 397 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs