Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Politique et justice en Afrique




Politique et justice en Afrique
Les enquêtes relatives à certaines victimes individuelles ou collectives de violences à caractère politique n’aboutissent presque jamais à la manifestation de la vérité, encore moins à des poursuites pénales. En Côte d’Ivoire, par exemple, l’affaire Kragbe Gnabge, l’assassinat de l’étudiant Thierry Zebie, le viol des étudiantes de la cité universitaire d’Abobo, le coup d’Etat de 1999, le charnier de Yopougon, la guerre de 2002, les assassinats de nombreux citoyens, peu avant, pendant et après cette période, la tuerie des femmes d’Abobo, la bousculade mortelle du stade Houphouët-Boigny, l’accident du bus de la Sotra en 2011, la tuerie des réfugiés du camp de Nahibly, etc. ne sont que quelques exemples de l’incapacité d’une nation à faire la lumière sur certaines grandes tragédies. Ces exemples qui illustrent notre propos existent partout en Afrique. Que dire alors de la justice ordinaire concernant le citoyen lambda ?
Devant une telle situation, l’opinion ne manque pas de s’interroger : quelles sont les véritables relations entre le politique et le judiciaire dans nos tentatives de parvenir à l’Etat de droit ?
Dans les premières heures qui suivent ces drames, les politiques sont les premiers en émoi. Les premiers à crier leur indignation et leur souci de diligenter une enquête. Simple stratégie politique pour préserver l’équilibre social ou plutôt volonté politique de protéger son propre pouvoir ? Dans les deux cas, la recherche de la vérité obéirait alors à une « justice hypothétique », dépendante de certaines conditions arbitrairement déterminées. Or, dans une république, le devoir (impératif) de vérité et de justice pour l’Etat doit être le véritable ciment de la cohésion sociale. Loin de servir un intérêt politique quelconque, ces enquêtes qui partent de la réalité pour se dissoudre dans le mystère ne sont-elles pas en réalité plus néfastes sur tous les plans ?
Ces fameuses enquêtes, à l’expérience, semblent dépasser le citoyen ordinaire, et le peuple, par une sorte de « ruse de l’esprit », finit par oublier, pour se protéger contre le désespoir, la vengeance et le cycle infernal de la violence. Mais dans ce cas, que faut-il faire ? N’y a-t-il rien à faire ?
Premièrement, il ne s’agit pas de dresser des stèles commémoratives, d’organiser des anniversaires ou d’offrir quelques boucs émissaires en pâture au peuple, mais d’éduquer les citoyens à la culture, non de la paix, mais de la non-violence. Cette éducation peut être dispensée dès l’école primaire, pendant la formation des forces de l’ordre, dans toute formation professionnelle et surtout dans les partis politiques où les militants sont plutôt endoctrinés à l’intolérance vis-à-vis de ceux qui pensent autrement. 
Deuxièmement, chaque Etat doit s’efforcer, au plan politique, quoi qu’il en coûte, de permettre la manifestation sans condition de la vérité qui, en elle-même, est déjà un remède à toute violence future et vengeresse. Les sud-africains en ont fait l’amère expérience, mais ils s’en portent mieux aujourd’hui. Quelle que soit son origine et ses auteurs, le politique a le devoir, conformément aux principes républicains, d’informer les citoyens qui sont ses mandants. 
Troisièmement, s’il paraît évident que le cœur du problème est la justice (faire aboutir les enquêtes), cela ne veut pas dire que c’est la justice en elle-même qui est impuissante à révéler la vérité. Le problème concerne plutôt l’indépendance de la justice, précisément les relations entre le politique et le judiciaire. Tant que la séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le judiciaire n’est pas effective, les enquêtes n’aboutiront jamais.
L’erreur que l’on commet au sujet de la problématique de la violence à caractère politique, c’est de regarder spontanément du côté des politiques, au lieu de s’en remettre à ceux chargés, légalement, de mener les enquêtes pour révéler la vérité et le droit. Or, dans un Etat, tant que le pouvoir judiciaire, au lieu d’être impliqué tout le long du processus de l’enquête, interviendra seulement au bout de la chaîne, parfois en traînant les pieds ou en regardant d’un seul côté, un tel Etat ne sera jamais un Etat de droit.
Dans ce triptyque éducation, politique et justice, il n’y a certes pas à choisir, car seul le bon fonctionnement de cet ensemble peut garantir une vie sociale harmonieuse. Néanmoins, la justice est indéniablement la clef de voûte du système. Il faut espérer, surtout en Afrique, l’autonomie réelle de la justice afin que la réalité des crimes ne se transforme pas en mystère insondable. Mais pour cela, le judiciaire doit éviter la relation incestueuse avec le politique.
 
* Professeur à l’université 
Alassane Ouattara, Côte d’Ivoire
Articles publiés 
en collaboration avec Libre Afrique

Par Christophe Yahot *
Mardi 20 Mai 2014

Lu 409 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs