Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Polémique à propos du projet de Code de la route : Le secteur du transport perturbé par une nouvelle grève




Polémique à propos du projet de Code de la route : Le secteur du transport perturbé par une nouvelle grève
Surenchère ? Une grève de 24 heures  a été observée lundi 6 avril 2009, à l’échelon national, par les syndicats de chauffeurs d’autocars de voyageurs, de camions de transport de marchandises et de taxis. Une visite au port Casablanca nous a permis, hier, de constater que toutes les  branches d’activité étaient  sérieusement perturbées.
 « Le pourcentage de réussite de cette grève était  de 98% à 11h30 du matin », affirme Abdallah Hamouchi, secrétaire général de la Fédération démocratique nationale des propriétaires des camions pour le transport des marchandises au sein des ports marocains.
Pour sa part, M. Mouttaki, secrétaire général de la Fédération démocratique nationale des taxis, nous a expliqué que le pourcentage de réussite de cette grève variait d’une ville à une autre. Il a avancé le taux  de 100% à Casablanca dans le secteur des grands taxis, de 70% à Rabat et de 100% à Ouarzazate.
Les chauffeurs de taxis se sont regroupés sur la grande place située devant la gare routière Oulad Ziane (Casablanca). Endroit où  des accrochages entre un gréviste et son homologue non gréviste, ont eu lieu;  ce qui a provoqué  une intervention de la police.
La grève observée hier, rappelle-t-on, s’inscrit dans le cadre des  pressions exercées sur  le ministre du Transport en rapport avec le nouveau projet du Code de la route soumis à la Chambre des conseillers.
Selon d’autres sources, « le succès » de ladite grève reste relatif, étant donné  que la Coordination nationale des représentants et professionnels du transport routier, constituée de 22 syndicats et associations, n’y a pas pris part. Son secrétaire général, Abderrahmane Chaffi, nous a précisé que « cette grève n’a aucune raison d’être  du moment que le contact est maintenu avec le gouvernement ».
Par ailleurs, il a rappelé que dans le cadre du dialogue avec le  ministère de l’Intérieur, la  Fédération réunie  jeudi  dernier, a annoncé qu’elle était prête à revoir ses positions concernant certains points ayant fait l’objet d’accord avec le gouvernement. Ce dernier a alloué un budget de 13.5 millions de dirhams pour le renouvellement du parc automobile dont neuf millions pour les grands taxis. Une offre qui ne semble pas encore attirer grand monde au regard du nombre de cas enregistrés jusqu’ici. Il demeure également ouvert au dialogue concernant les autres points litigieux, à en croire certaines sources proches du dossier.
Rappelons que les opérateurs du secteur, grévistes et non grévistes, contestent  unanimement   certains points du Code de la route  adopté en janvier par la Chambre des représentants, surtout, ceux   du permis à point, des amendes et des peines d’emprisonnement. 

Ahmed Hasnaoui
Mardi 7 Avril 2009

Lu 336 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs