Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Point de vue : Les places financières et l’avenir des peuples




La finance a plus que jamais son mot à dire dans la gestion des affaires des pays. On l’a constaté dans la crise financière qui a frappé l’Europe et particulièrement la Grèce, suivie de l’Italie, l’Espagne, le Portugal et auparavant l’Islande.  La France, deuxième emprunteur en Europe, figure aussi sur la liste. Il n’est pas dit que les places financières n’auront pas à intervenir d’une manière ou d’une autre dans le déroulement des élections présidentielles françaises.
Il est vrai que le candidat socialiste s’en est pris ouvertement à l’ingérance de la grande finance dans les affaires des Etats, et notamment de la France. Mais il s’est vite repris en allant à la City, la place financière de Londres pour essayer de se rattraper et rassurer les gros financiers sur ses vraies intentions en cas de succès.
Cela a conduit certains observateurs à se demander pourquoi dans ce cas chercher à avoir la contribution des électeurs si ce sont les places financières qui décident finalement du sort du pays ? N’est-ce pas une mascarade dont les victimes sont les peuples ?
D’ailleurs, nous avons eu la preuve dans le cas de la Grèce et de l’Italie qui sont aujourd’hui dirigées par des technocrates.  Ce n’est pas encore le cas de l’Espagne ou du Portugal, mais la gestion des affaires de ces pays est caractérisée par une politique de rigueur budgétaire avec des plans d’austérité mettant les populations dans des situations difficiles. En Espagne par exemple, presque le quart de la population active est au chômage.
D’aucuns prédisent que la France, malgré les déclarations optimistes des différents candidats à la prochaine élection présidentielle, ne saurait échapper pour longtemps à une grande crise financière. Elle est d’ailleurs sous le contrôle vigilant  des agences de notation internationales. Le déficit de son budget est supérieur à 3% depuis des années. Est-ce pour détourner l’attention et ajouter un atout à sa réélection que le Président candidat s’apprête à faire un véritable coup d’Etat financier le 16 avril presqu’à la veille du premier tour des élections présidentielles avec la connivence de l’AMF, l’Autorité des marchés financiers ? Il s’agit d’ouvrir sur l’Eurex, le marché des dérivés, un contrat à terme sur les emprunts d’Etat français, l’autorisation des ventes à découvert. Ce mécanisme purement spéculatif  consiste à vendre un titre dont on anticipe la baisse.
Sans trop s’étendre sur cette opération purement spéculative, on sait que les vendeurs à découvert sont accusés d’être à l’origine de crises financières majeures.
La question à un euro, pourquoi le Président sortant Nicolas Sarkozy s’apprête-t-il à cette manœuvre?
Pour de nombreux spécialistes et analystes, autoriser cela à quelques jours du premier tour des élections présidentielles revient tout simplement à organiser un attentat financier en France ! On se demande qui a suggéré cette idée lumineuse au président candidat !
L’autorité des marchés financiers (AMF) peut encore intervenir pour arrêter cette manœuvre téméraire qui risque, si elle est menée à terme, d’hypothéquer les Français pour de très nombreuses années !

Youssef BENZAHRA
Samedi 14 Avril 2012

Lu 693 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs